Histoire de Memphis
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Index du forum » Histoire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 473
Localisation: Memphis

Nôme: Memphis
Message Mardi 10 Juil 2012 9h04 Répondre en citant

Je reprends ici le poste abandonné depuis plusieurs mois

Nouveaux statuts à Memphis

Fellah
Citoyens - Citoyennes
Bourgeois - Bourgeoises
Erudits - Erudites
Nobles


Félicitations à :

31 mai 2012 Cleopatra
27 Avril 2012 maat56
10 juillet 2012 Cleopatra
11 août 2012 Nausicaa
3 septembre 2012 Geb
3septembre 2012 berenyce
8 septembre 2012 Cleopatra
13 septembre 2012 Anna
non communiqué 2012 astyxis
24 septembre 2012 Palamijar
22 octobre 2012 Gros
1er novembre 2012 Cristiano
5 novembre 2012 berenyce
12 novembre 2012 PuniSher
6 décembre 2012 astyxis
6 décembre 2012 Cristiano
8 décembre 2012 Traviata
28 décembre 2012 Nausicaa
12 janvier 2013 PuniSher
3 février 2013 Cleopatra
13 février 2013 satis
9 avril 2013 Paneb arrivée d'un nouveau citoyen à Memphis
20 avril 2013 Gasgar arrivée d'un nouveau fellah à Memphis
5 mai 2013 Gasgar
19 mai 2013 Nausicaa
29 mai 2013 Cristiano
20 juin 2013 Gasgar
10 juillet 2013 Merebastet retour de chez Anubis d'un grand memphite
21 juillet 2013 Merebastet
29 juillet 2013 Bonbonpale
29 juillet 2013 Valenzia arrivée à Memphis d'un nouveau fellah
8 août 2013 Imoe arrivée à Memphis d'un nouveau fellah
16 août 2013 Valenzia
17 août 2013 Imoe
19 septembre 2013 nelliel
19 septembre 2013 Merebastet
27 septembre 2013 vadio
1 octobre 2013 hatalie arrivée à Memphis d'un nouveau fellah
15 octobre 2013 ANAT arrivée à Memphis d'un nouveau fellah
17 octobre 2013 sarahi déménagement à Memphis le 12 octobre 2013
24 octobre 2013 cris installation à Memphis d'un nouveau citoyen
27 novembre 2013 juju installation à Memphis d'un nouveau citoyen
2 décembre 2013 Paneb
11 décembre 2013 sarahi
14 décembre 2013 Paneb
9 mars 2014 cartapuce
10 mars 2014 Plutarque
12 juillet 2014 prigento
16 décembre 2014 Tobee



Les Nomarques de Memphis
Bilans Financiers de Memphis
La Gazelle : Journaliste actuelle de Memphis: Emaelle
La Taverne du Pêcheur Tavernières actuelles: lotuss66 et emaelle
Aide personnalisée aux joueurs: actuellement le bureau nomarcal

Faits marquants à Memphis :

24 juin 2012 attaque et pillage du bureau nomarcal par les nubiens.
8 août 2012 Hacking du marché de Memphis et d'autres nomes, les memphites ont encore une fois montrés leur solidarité devant l'adversité.
Décembre 2012 les Egyptolympiques Memphis était représenté par son capitaine SOKHARIS et le fils de notre mascotte Croc'Doom'Dur résultat la seizième place .... la chance ne sourit pas toujours aux audacieux !



Qurfa historienne de Memphis
Dinogirl aléatoirement Nomarque et Vice Nomarque de Memphis.
« Ne dissocie pas ton coeur de ta langue et toutes tes entreprises réussiront... » (Aménémopé)


Dernière édition par Qurfa le Mardi 16 Déc 2014 11h27; édité 67 fois
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 473
Localisation: Memphis

Nôme: Memphis
Message Mardi 24 Juil 2012 11h49 Répondre en citant


Un grand merci à Gebka pour sa superbe illustration de l'école du Kep :)
D'autres vue de l'école du Kep réalisée par Geka se trouvent ICI

Ecole du Kep de Memphis

Il existait au palais une école de prestige, le Kep, où les jeunes nobles et, à partir du Moyen Empire, les fils des princes étrangers, étaient éduqués selon les préceptes égyptiens aux côtés des enfants royaux. Le Kep ou "Maison des enfants royaux" est construit juste à côté du harem de Pharaon, et fournissait une éducation de haut niveau aux enfants. Un "Enfant du Kep" avait été formé au Kep et portait ce titre honorifique jusqu'à la fin de ses jours. Ce titre était une preuve de la bonne éducation de celui qui le portait et lui facilitait grandement la vie.

Ecole de scribe ou « Maison de Vie »

Il n'est pas exagéré de dire que nous devons la plupart de nos connaissances de l'Egypte ancienne à l'œuvre de ses scribes. Les anciens Egyptiens ont couvert les temples et les tombeaux avec des hiéroglyphes, mais ils ont aussi utilisé des scribes pour enregistrer les stocks détenus dans les magasins pour les travailleurs, les procédures devant les tribunaux, les sorts magiques, les testaments et autres contrats juridiques, les procédures médicales, les dossiers fiscaux et généalogies. Les scribes étaient donc au cœur du fonctionnement de l'administration centralisée.

Dans l’Egypte ancienne, si les membres des classes supérieures sont lettrés, une grande partie du peuple n’a qu’une connaissance limitée de l’écriture. Bien que tout Égyptien puisse théoriquement progresser socialement en devenant scribe, les postes se transmettaient généralement de père en fils, le texte dit " de l'enseignement de Khéti " en fait un métier noble.
Il n’est peut-être donc pas surprenant que l'un des titres les plus respectés dans l'Egypte ancienne était celui de scribe.

La langue hiéroglyphique est très complexe, en conséquence la formation de scribe pouvait prendre jusqu'à une décennie. La plupart des étudiants commençaient leurs études dans une école du temple à l'âge de cinq ans, mais leur éducation de scribe commençait vers neuf ans. La discipline était strictement appliquée dans ces écoles.

La «Maison de Vie» était essentiellement une institution où l’on préparait les futurs scribes à leur métier. Selon leur compétence, voire leur vocation, les élèves pouvaient être orientés vers des disciplines intellectuelles ou manuelles. Si l’enseignement religieux y tenait certainement une place importante, les divers textes recueillis suggèrent également que bien d’autres matières pouvaient y être enseignées : les mathématiques, l’astronomie, la médecine, la diplomatie, la géographie, les arts de l’architecture, de la sculpture et du dessin … Sans doute même que certaines de ces institutions, notamment celles qui étaient implantées dans les grands centres théologiques du royaume, apparaissaient comme de véritables centres d’excellence.

S’il est encore difficile d’établir le fonctionnement des institutions scolaires dans l’Égypte ancienne, on imagine en revanche que les jeunes enfants apprenaient d’abord les rudiments de l’écriture et de la lecture, avant d’entrer en apprentissage.

Des fouilles récentes ont permis d’identifier l’école du Ramesseum (Louxor), localisée à proximité de la porte sud du temenos, entre les cuisines et le palais royal. Elle couvre une superficie d’environ 700 m2, et les composantes de ce bâtiment, de plan rectangulaire, sont constituées de trois unités indépendantes et mitoyennes, comprenant chacune des salles et de petites cellules, que séparaient des cloisons ou des murs de brique crue. La découverte sur le sol du parvis d’un certain nombre d’ostraca (*tessons de poterie)et de jeux de billes, suggère que, comme dans les actuelles écoles coraniques (kuttâb) de l’Égypte rurale, les leçons ou les cours étaient donnés en plein air. Un portique couvert devait protéger les élèves du soleil, ainsi que le confirme, sur le dallage en terre crue (dakka), la présence de cavités circulaires dans lesquelles avaient été enfoncés des poteaux ou mises en place des colonnes en bois. La documentation jusqu’à présent rassemblée sur tout le périmètre de l’école (plus de 250 ostraca et ébauches d’apprentis-sculpteurs), est très significative sur la nature et le niveau des enseignements dispensés.

Le scribe

Le scribe (du latin scriba, de scribere, écrire) désigne dans l'Égypte antique un fonctionnaire lettré, éduqué dans l’art de l’écriture et de l’arithmétique. Au service des dieux, des morts, du pharaon, des prêtres et du peuple, le scribe peut exercer diverses fonctions, dont celle de juge. Il relève tout ce qui doit être connu par le pharaon, des impôts à la hauteur des crues du Nil. Au travers de l’écriture et de la comptabilité qu’il tient il assure l’équilibre dans la société. Il est le seul à connaître et à savoir lire et tracer les très nombreux hiéroglyphes. Souvent scribes de père en fils. Le scribe royal domine l’administration centrale. Les scribes supérieurs font partie de la cour de pharaon, ils ne paient pas d’impôts et n’ont pas d’obligations militaires.

Le savoir et la connaissance, ainsi que le service de l’État, sont vénérés à un tel point que pharaon est considéré lui-même comme le premier des scribes, donc le premier des fonctionnaires de son État ; il se fait représenter en pagne, dans la modeste tenue règlementaire des scribes. D’essence divine, le souverain ne fait que se conformer au dieu Thot, créateur des langues et de l’écriture, scribe et vizir des dieux.

Représenté par un ibis au plumage blanc et noir ou un babouin, Thot capte la lumière de la lune, dont il régit les cycles, ce qui le fait surnommer « le seigneur du temps ». Inventeur de l’écriture et du langage, Thot est la « langue d'Atoum » et donc naturellement le patron des scribes. Incarnation de l'intelligence et de la parole, il connaît les formules magiques auxquelles les dieux ne peuvent résister. Selon la légende, celui capable de déchiffrer les formules magiques du Livre de Thot peut espérer surpasser les dieux.

Peu d'enfants allaient à l'école. Pour être orfèvres ou peintres, les garçons faisaient leur apprentissage dans un atelier ou avec une équipe d'ouvriers. Les scribes appartenaient à la minorité qui savait lire et écrire et avaient ainsi un statut enviable. Les scribes recevaient leur salaire sous forme de pain, de poissons, de bière, de vêtements, le tout tiré des greniers royaux. Comme ils ne produisaient rien eux-mêmes, ils ne payaient pas d'impôts. Ils étaient aussi dispensés des travaux imposés par le roi aux paysans et aux artisans. La profession de scribe était donc recherchée. Ces fonctionnaires exerçaient un contrôle minutieux sur le bétail, sur les récoltes et sur la production des artisans. Ils pouvaient faire donner des coups de bâton à ceux qui tentaient de tricher ou qui ne pouvaient pas payer l'impôt. Ils étaient donc craints et peu aimés du peuple.

Les scribes voyageaient souvent pour leur travail. Ils ne partaient jamais sans leur pot à eau, leur pinceau en papyrus, les plumes et l'encre rangés dans un plumier en bois. Ils fabriquaient eux-mêmes leur encre. Les roseaux taillés (calames) apparurent en Égypte pendant la période grecque.



* Pour écrire ou dessiner à peu de frais les égyptiens utilisaient des éclats de calcaire ou des tessons de terre cuite ramassés dans les tas d'ordures. Ce support fut utilisé dès l'Ancien Empire, jusqu'à l'époque Arabe. Ces ostraca étaient utilisées par les scribes comme bloc-notes ou comme brouillon, par les écoliers pour leurs exercices scolaires. Les artistes, tenus par des règles strictes, laissaient libre cour à leur imagination et à leurs pinceaux sur ce support. Les ostraca sont une mine importante de renseignements sur le fonctionnement de la vie et des affaires courantes de l'Égypte pharaonique. Ils permettent, grâce aux écrits scolaires, de pouvoir suivre l'évolution de textes au cours des âges.

(diverses sources)


Qurfa historienne de Memphis
Dinogirl aléatoirement Nomarque et Vice Nomarque de Memphis.
« Ne dissocie pas ton coeur de ta langue et toutes tes entreprises réussiront... » (Aménémopé)


Dernière édition par Qurfa le Jeudi 9 Aoû 2012 13h50; édité 1 fois
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 473
Localisation: Memphis

Nôme: Memphis
Message Mardi 7 Aoû 2012 10h15 Répondre en citant

Crocdur la mascotte de Memphis



Crocdur le crocodile facétieux , fait sa première apparition à Memphis le 25/07/2010 lors d’un jeu de rôle à la taverne du Pêcheur, sous le mandat de chevaux (vice qurfa).
Crocdur, sa douce moitié Lolita-String et leur rejeton "Croc'Doom'Dur" ont élu domicile dans les jardins du Palais Nomarcal, au grand détriment des locataires temporaires. Inutile de vous relater le nombre de fesses mordues et de nomarque ou vice nomarque ayant eu recours à la chirurgie ;)

Doomed, noble memphite s’est érigé en protecteur de la famille de Crocdur et a empêché plus d’une fois chevaux de transformer notre mascotte en bagages, sacs ou autres parures et bien entendu a veillé à ce que notre embaumeuse de choc ne le transforme pas en momie pour son musée personnel !

Crocdur fait partie de la famille des crocodiles du Nil

Le Crocodylus niloticus Laurenti est l’un des plus grands reptiles vivants, il peut atteindre 6m de long. C’est un carnivore féroce. Très répandu sur le continent africain au début du siècle, le crocodile du Nil a été pourchassé sans merci. Aujourd’hui, il est protégée car il est menacé d’extinction, la construction du Barrage d'Assouan ne permet plus les crues du Nil, et a détruit l'habitat naturel de ce reptile géant (à l'heure actuelle, on peut en admirer dans les eaux du Lac Nasser).

Le crocodile était avec l'hippopotame, l'animal le plus redouté des égyptiens, il était évidemment présent dans les eaux du Nil et dans les marécages du Delta bien avant l'arrivée de l'homme sur les berges du fleuve. Il trouvait dans les eaux du Nil nombre de poissons pour se nourrir, mais également sur les berges des animaux sauvages dont il pouvait se régaler. Par après il s'est attaqué aux animaux domestiques, voire, bien entendu, aux hommes qui se risquaient sur son territoire. Le crocodile était un fléau permanent pour les éleveurs obligés de faire traverser les bras du fleuve et les canaux à leurs troupeaux.

Néanmoins, le crocodile ne semble pas avoir été l'objet de chasses organisées à l'époque pharaonique, il arrivait qu'il soit capturé ou tué dans le but de se débarrasser de spécimens particulièrement dangereux. S'ils n'ont pas été systématiquement chassés, c'est peut-être dû au fait que l'animal, s'il est dangereux, est sans doute moins nuisible que l'hippopotame qui, en sa qualité d'herbivore, dévaste les cultures (les combats entre crocodiles et hippopotames semblent avoir été fréquents, essentiellement pour des raisons de territoire). Par ailleurs, on pouvait jusqu'à un certain point limiter la prolifération des crocodiles en détruisant les œufs, et ce malgré la surveillance effectuée par les femelles. Enfin, il est clair que, dans certains nomes, le crocodile, étant sacralisé, était à ce titre intouchable. Si on luttait contre lui, c'était à coups de formules magiques et d'invocations.

Les égyptiens vénéraient les crocodiles, ils les associaient au dieu Sobek, fils de la déesse aquatique Neith. Le crocodile, image du dieu Sobek peut être vu comme un dieu puissant et protecteur, incarnation de la fertilité par son caractère aquatique, mais aussi comme une force malfaisante qu'il faut conjurer par des exorcismes.

Sobek Dieu de l’eau, associé à la fertilité, devint un dieu national pendant la XIIe dynastie. Il était le dieu qui irrigue les champs, La simple présence de crocodiles dans le Nil à une période déterminée était un signe faste de bonne crue. Aussi la présence de crocodiles dans le Nil était pour les Égyptiens favorable aux récoltes. Il est également une manifestation du dieu solaire puisqu'il mange les poissons qui sont les ennemis de Rê. A ce titre, il est souvent représenté couronné du disque solaire.

Le temple de Sobek le plus connu est le temple de Kom Ombo, dont il partage la moitié de son temple avec Horus le dieu faucon, temple édifié aux époques ptolémaïque et romaine. Son culte était particulièrement important au Fayoum, une région longtemps restée marécageuse où l'animal semble avoir été très abondant. A, l'époque ptolémaïque lorsque la colonisation du Fayoum se développe avec la création de nouveaux villages, son culte s'étend encore et la capitale Schedet, prend le nom grec de Crocodilopolis ou de nombreux temples sont dédiés au dieu crocodile.

Le dieu était normalement représenté sous la forme d'un homme à tête de crocodile, mais il peut être représenté sous la forme de l'animal. Dans certains lieux de culte de Sobek, on élevait des crocodiles sacrés. L'un d'eux pouvait être choisi pour représenter le dieu, tandis que de nombreux autres étaient destinés à être momifiés et offerts en ex-voto : de grands cimetières de crocodiles ont été retrouvés au Fayoum. Tout récemment, à Narmouthis, on a découvert, tout près du temple, un bâtiment qui servait de 'nursery' aux crocodiles et qui contenait encore des œufs en grand nombre.

On voit que, lorsqu'on invoque Sobek, ce n'est pas l'animal que l'on a devant les yeux dans sa réalité terrifiante, mais un concept religieux déconnecté du réel. Ce qui importe, c'est la puissance dont le dieu est porteur. Cependant un texte théologique de Kom Ombo ne dissimule en aucune façon la nature violente et destructrice de l'animal que l'on a associé à un dieu.

D’autres dieux ont empruntés les attributs ou la forme d’un crocodile ;
Amemét la déesse dévoreuse du cœur dans le rituel de la pesée de l'âme à tête de crocodile
Khentykhety le dieu crocodile du disque solaire
Tawaret la déesse hippopotame avec une tête de crocodile
Thouëris la déesse hippopotame, avec une queue de crocodile et des pattes de lionne


Qurfa historienne de Memphis
Dinogirl aléatoirement Nomarque et Vice Nomarque de Memphis.
« Ne dissocie pas ton coeur de ta langue et toutes tes entreprises réussiront... » (Aménémopé)
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 473
Localisation: Memphis

Nôme: Memphis
Message Mercredi 5 Sep 2012 9h18 Répondre en citant

chevaux l'embaumeuse de choc de Memphis


Traduction : Cet imbécile n’a même pas vu que son chat était encore vivant. Je sens venir la catastrophe….
(Hé Hé Hé) Mais laissons-le se démener encore c’est amusant à regarder !


Parmi les notables de Memphis nous trouvons chevaux, mainte fois nomarque de grand renom et qui comme chacun le sait possède dans les caves de son palais une fort jolie collection de momies embaumées par ses soins. Sa petite manie la pousse souvent à proposer ses talents à tous ceux qui passent à sa portée que ce soit à Memphis ou lors de ses déplacements, ce qui bien entendu n'est pas toujours du goût de ses victimes heu... non de ses futurs clients qui ont la fâcheuse habitude de piquer un sprint dès l'aimable proposition émise, peut-être s'entrainent-ils pour les J.O. égypticien ..... cette enigme n'a toujours pas été résolue........

chevaux Maître de cérémonie ou Chef embaumeur de la ville nous livre ici les secrets d’un embaumement réussi dans la plus pure tradition égyptienne.

Les embaumeurs travaillèrent d'abord sous des tentes très aérées près des rives du Nil, à cause du grand besoin en eau pour laver les cadavres. On retrouva quelques plantes aquatiques sur certaines momies. Puis ils pratiquèrent leur art dans de grandes salles spéciales appelées l’ouabet "Maison de Pureté". Les embaumeurs ne devaient pas être toujours très attentifs puisqu'on a pu retrouver à l'intérieur de momies : crochets de cuivre, spatules, pinces, aiguilles, cuillères et même une...souris !
La corporation des embaumeurs rassemble un personnel spécialisé et classé selon diverses appellations. Il y a d'abord les paraschistes, qui ouvrent le flanc des cadavres, avec un couteau de silex, et retirent les viscères. Leur tâche accomplie, ils cèdent la place aux taricheutes, les saleurs. Ceux-ci sont chargés de la dessiccation proprement dite. Leur corps de métier est régi par des règles strictes, à la manière de nos pharmaciens. Ainsi, tel embaumeur ne peut exercer son art dans tel village car il est interdit d'empiéter sur le domaine d'un confrère.

Si le métier est lucratif, il est aussi méprisé, comme en témoigne un papyrus nommé par les égyptologues la Satire des métiers. « L'embaumeur, ses doigts sont nauséabonds, car l'odeur qui s'en dégage est celle des cadavres, ses yeux brûlent de la chaleur. »

Aux côtés des embaumeurs officient des prêtres qui, à chaque étape de la momification, récitent les formules religieuses. On trouve le chancelier du dieu, l’embaumeur d'Anubis, le préposé au secret de l'atelier d'embaumement et le prêtre lecteur, celui qui lit le Livre des morts. Ces hommes font du défunt, en le momifiant, un Osiris.

C'est dans l’ouabet, la place pure, qu'est pratiqué le rituel de l'embaumement. Là officient le maître des cérémonies, le chef des embaumeurs, les prêtres lecteurs, qui récitent les formules appropriées à chaque étape de la momification, et tout un personnel de laveurs d'entrailles (paraschites) et de rouleurs de bandes (choachytes). On ne les aime guère car ils transportent avec eux une odeur de mort. Ils ont la mauvaise réputation de ceux qui vivent en marge de la société.

Il existe trois sortes d'embaumement, plus ou moins perfectionnés, dont le choix dépend de la fortune du défunt. Avec un crochet métallique, un membre de l'équipe va chercher le cerveau qu'il retire par le nez. Puis le flanc gauche est incisé au moyen d'un silex ; les viscères, à l'exception du cœur et des reins, sont prélevés puis lavés séparément dans du vin de palme. Ils sont placés dans quatre vases spéciaux : les vases canopes, que l'on joindra au matériel funéraire. Un paraschite lave la cavité abdominale puis la remplit de myrrhe et d'aromates, oliban, résine, térébinthe ; une fois bourrée de natron sec, elle est enfin recousue. Le cadavre a maintenant l'aspect d'un squelette recouvert d'une peau tannée. Il faut le déshydrater : pendant soixante-dix jours environ, il va séjourner dans le natron sec qui en absorbera toute l'humidité.

Au terme de cette période, le corps est lavé ; on peut lui apporter les dernières finitions: les ongles sont maintenus par un fil de lin, le crâne et la cavité des yeux sont bourrés, et l'on coule sur l'incision du flanc gauche une plaque de métal. Enfin, dernière coquetterie, le corps est maquillé, parfumé. Le choachyte peut opérer l'enroulement des bandelettes qui atteignent parfois plus d'une centaine de mètres. Les doigts, les mains et les pieds sont entourés de bandes très fines, puis le corps reçoit un réseau de bandelettes plus larges. Toutes sont imprégnées de gomme arabique. Certaines portent le dessin de divinités. Pendant ce travail, on introduit aux endroits prescrits des amulettes qui seront des protections supplémentaires : œil oudja, nœud d'Isis, pilier djed. Tous ces gestes sont scandés par la voix du prêtre lecteur, qui récite inlassablement les passages du rituel de l'embaumement.

(sources : www.histoire-en-questions.fr)


Qurfa historienne de Memphis
Dinogirl aléatoirement Nomarque et Vice Nomarque de Memphis.
« Ne dissocie pas ton coeur de ta langue et toutes tes entreprises réussiront... » (Aménémopé)
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 473
Localisation: Memphis

Nôme: Memphis
Message Mercredi 21 Nov 2012 12h11 Répondre en citant

La roselière


Comme l’affirme Hérodote, un historien grec du Vème siècle, l’Egypte est « un don du Nil ».
En effet, sans ce fleuve, le pays tout entier ne serait qu’un désert inhospitalier où les hommes n’auraient pu s’établir. Le mot « Nil », du Grec Neilos, signifie la vallée de la rivière. Les anciens l’appellent iteru pour indiquer le Nil à l’étiage (débit le plus bas) et Hâpy lorsqu’il est en crue ; dans le premier cas, le fleuve représente la voie de communication, dans le second il symbolise la prospérité du pays. Une crue normale voyait le Nil monter d’environ 9 mètres à Assouan, dans le sud du pays, et de 2 mètres dans le Delta au nord. Lorsque le fleuve sort de son lit, vers le mois de juillet, la campagne égyptienne disparaît sous les eaux. Seuls émergent les villes et les villages bâtis sur les levées de terres en Haute Egypte et sur les îlots de sables dans le delta. Crocodiles, hippopotames et oiseaux aquatiques s’installent alors. Dès le mois de novembre, la nature retrouve ses droits et la campagne reverdit. Les crues du Nil rythment ainsi la vie des Egyptiens en 3 saisons, celles du calendrier agricole.
En se retirant, le Nil laisse sur ses bords de larges étendues d’eau formant des successions de marais dont la surface augmente au fur et à mesure que l’on se rapproche de la mer.

Roselière : Nom féminin. Lieu couvert de roseaux. Abris d'une faune très variée : mammifères, oiseaux, batraciens, insectes, … les roselières contribuent en outre à l'épuration des eaux qu'elles entourent. Certaines espèces sont spécifiques de ce milieu.

Memphis grâce à sa situation privilégiée, sur la rive occidentale du Nil, entre la zone cultivée et le plateau désertique, à la rencontre du delta et de la vallée, bénéficie de cette végétation luxuriante qui se développe sur les rives du Nil. Les roselières sont exploitées pour fabriquer des nattes ou des barques légères, les grands papyrus dont les tiges sont récoltées par tous les habitants servent aussi à la construction des légères embarcations des pêcheurs. On consomme les pousses de papyrus en salade, on confectionne des cordes, des cages, des filets de pêche et de nombreux objets de vannerie avec son écorce. En découpant l’intérieur de ses tiges en bandes, les Egyptiens tirent de longues feuilles de papier qu’ils trempent dans l’eau, les pressent et en font les supports d’écriture qui ont survécu jusqu’à nos jours grâce aux sables chauds des déserts égyptiens.

Avec les papyrus, les nénuphars et les célèbres lotus bleus et blancs forment les parures du Nil. Cueillies pour orner les temples et les tables des maîtres ces fleurs entrent également dans la préparation de nombreux parfums.
Ces roselières sont habitées par de nombreuses espèces animales permettant à la population de se nourrir mais également d’animaux plus hostiles comme le crocodile eh oui Crocdur toujours lui.

(sources dossier pédagogique Egypte)


Qurfa historienne de Memphis
Dinogirl aléatoirement Nomarque et Vice Nomarque de Memphis.
« Ne dissocie pas ton coeur de ta langue et toutes tes entreprises réussiront... » (Aménémopé)
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Index du forum » Histoire Aller à la page Précédente  1, 2



Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum





© Egyptis.com - Contact - Règlement du forum - Powered by phpBB © phpBB Group