Histoire de Memphis
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Index du forum » Histoire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message

Inscrit le: 20 Déc 2006
Messages: 2172
Localisation: 4460 Belgique


Message Jeudi 29 Jan 2009 13h24 Répondre en citant


Memphis capitale de Basse-Egypte
Fondation le 25 octobre 2005


Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger

Inscrit le: 19 Mai 2009
Messages: 167
Localisation: Où mes pas et mes idées me guident...


Message Samedi 27 Fév 2010 21h51 Répondre en citant

Bonjour @ tous,

Je suis heureuse de rejoindre ce jour le groupe des Historiens d'Egyptis plus particulièrement en charge de notre Belle Cité de Memphis.




Je travaille activement à l'écriture du premier article qui sera publié très prochainement.

@ Très vite donc.
Bien @ vous,


**Merera**
~~~~L'Art n'a pas de limite et aucun artiste ne possède la perfection" - Ptah-Hotep - ~~~~
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 19 Mai 2009
Messages: 167
Localisation: Où mes pas et mes idées me guident...


Message Dimanche 28 Fév 2010 5h39 Répondre en citant

Bonjour @ vous,

Avant de graver l'Histoire du Nome de Memphis en Egyptis il me semblait intéressant de vous retracer l'Histoire de Memphis dans l'Egypte Ancienne. J'espère que vous prendrez plaisir à découvrir ou redécouvrir la longue Histoire de Memphis que j'ai essayé de synthétiser afin que la lecture ne soit pas laborieuse.

MEMPHIS dans l’Egypte Ancienne

La situation géographique


Memphis ou Men-néfer en Égyptien, est identifiée aujourd'hui près des villes de Mit-Rahineh et d'Helwan, à environs 20 km au Sud du Caire sur la rive Ouest du Nil. Elle est la capitale du 1er nome de Basse Égypte, le nome "De la Muraille Blanche" (inb HD), à partir de sa fondation, jusqu'en 2200, elle sera ensuite un centre administratif tout au long de l'histoire. Selon Manéthon elle aurait été fondée v.3050/v.3040 par Narmer/Ménès (v.3040-v.2995, premier Roi de la Ière dynastie). Cette idée est soutenue par le fait que les plus anciens tombeaux connus ont été construits à cette période, mais le secteur a été habité bien avant le règne de Narmer. Les villes de Dahshour, Saqqarah, Abousir, Abou Gourad (ou Abou Ghorab) et Zaouiet el-Aryan, au Sud du Caire se trouvent toutes dans les frontières administratives de l'histoire de Memphis.

Les noms de la Cité


Memphis - Men-Nefer


Memphis est la version Grecque de l'un des nombreux noms que les Égyptiens antiques ont utilisés pour cette ville. Elle s’appelait à l’origine Ineb-hedj "La muraille blanche" (Jnbw --HD) ou Inebou Hedj "Les murs blancs" en raison d'un mur d'enceinte au redan de calcaire. Le nom : Memphis, provient de celui de la pyramide de Pépi I "Men-néfer-Pepi", "Le beau monument de Pépi". Lors de la XVIIIe dynastie, le nom du complexe funéraire a été donné à la ville et à la région où cette pyramide a été construite. On ne sait pas pourquoi le nom d'un monument d'importance relativement mineure, telle que la pyramide de Pépi I, est devenu le nom de la ville entière. Memphis est aussi connu dans l'Égypte antique comme Ânkh-Taoui (nx-tAwi "Ce qui fait vivre les deux Terres"), insistant ainsi sur la position stratégique de la ville, entre la Haute et la Basse Égypte.

Plus tard elle prit le nom de Mit Rahineh. Le village actuel de Mit Rahineh recouvre les ruines de cette ancienne capitale Égyptienne. L'historien Égyptien Manéthon appelle Memphis : Hi-Ka-Ptah "Place du Ka de Ptah", du nom du temple de Ptah, qui était, Hout-ka-Ptah (Ht-ka-Ptah "Le château du ka de Ptah"). Pour certains chercheurs c'est de la traduction qu'il en fait ensuite en Grec, Ai-gy-Ptos (Ai gy Ptos ou Aί γυ πτoς), qui nous donne AEGYPTVS en Latin, que proviendrait le nom moderne, Égypte. Pour d'autres, le terme Copte serait aussi étymologiquement celui d'où est dérivé ce nom. Dans la Bible, Memphis est appelé Moph ou Noph.

La ville


Memphis fut le plus grand centre religieux de l'Égypte et on y célébrait aussi les cérémonies importantes, comme les couronnements, les jubilés etc. La tradition voulait que le rite du Séma Taoui, symbole de la réunion, soit pratiqué à Memphis à chaque couronnement, à chaque jubilé ou fête Sed. Son immense nécropole s’étendait sur plus de 30 kilomètres, couvrant celles de : Mit Rahineh, Dahshour, Saqqarah, Abousir, Guizèh, Abou Roach, Zaouiet el-Aryan, ces deux derniers cimetières rattachés à Memphis dépendaient administrativement du 2e nome de Basse Egypte.


Ce fut la ville la plus peuplée d'Égypte, avec une population très cosmopolite. Les estimations de la taille et de la population de la cité sont très différentes. Selon T.Chandler, Memphis eut quelque 30 000 habitants et fut de loin la plus grande colonie du monde à partir de la date de sa fondation jusqu'aux environs de 2250 et de 1557 à 1400 av.J.C.

K.A.Bard est plus prudent et estime que la population de la ville se serait élevée à environ 6 000 habitants au cours de l'Ancien Empire. Son port et ses ateliers de manufactures ont joué un grand rôle dans son commerce extérieur. De plus, Memphis était spécialisée dans la fabrication des armes, qui étaient conservées dans de grands arsenaux près du port principal de la ville : Le Perou Néfer "Bon Voyage".

L'histoire importante de la ville vient du fait de sa situation géographique à l'entrée du Delta, qui fut de tout temps un point stratégique entre la Haute et la Basse Égypte. Memphis était la ville principale du culte du Dieu Ptah. Celui-ci était considéré comme l'inventeur de toutes les techniques, il était le patron des artisans et les Grecs l'assimilèrent à Héphaïstos. Les monuments principaux sont les temples d'Apis et surtout de Ptah, dont le temple était : L'Hout-ka-Ptah (Ht-ka-Ptah "Le château du ka de Ptah").

L'histoire


La légende contée par Manéthon nous dit que c'est le Roi Narmer (v.3040-v.2995), premier Roi des Deux Terres, qui fonde la ville autours de 3100. Il la construit en détournant le fleuve par des digues pour que la cité soit protégée de l'inondation annuelle. Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) nous rapporte que, lors de sa visite en Égypte, les Perses, qui avaient alors envahi le pays (XXVIIe dynastie), continuaient à entretenir l'état de ces digues. Pendant l'Ancien Empire au début de la IIIe dynastie, Memphis devient la capitale. On sait peu de choses de la cité à cette période. Qualifiée dans certains textes de "Forteresse du Mur Blanc", il est probable que le Roi s'y installa et en fit la résidence royale afin de mieux contrôler le pays.

À la fin de l'Ancien Empire, lors de la Première période Intermédiaire la cité perd son pouvoir sur toute l'Égypte. Elle reste le siège des VIIe et VIIIe dynastie face à Héracléopolis qui abritait les IXe et Xe dynastie. Elle demeure quand même le centre politique et administratif de la Moyenne et Basse Égypte et elle maintient la production artistique de ses ateliers.

Au Moyen Empire, Memphis perd complètement son statut de capitale. La XIe dynastie lui préfère Thèbes et la XIIe dynastie lui préféra Licht plus au Sud dans le Fayoum. On a quand même retrouvé des vestiges d'une activité architecturale de cette époque au cœur du temple de Ptah. Dont des blocs inscrits au nom d'Amenemhat II (1928-1895) qui ont été réutilisés comme fondations d'un des grands colosses qui précédaient le pylône de Ramsès II (1279-1213). Ils relatent une partie des annales du Roi : Les expéditions minières ou militaires, les constructions de monuments, les actes officiels etc. Selon Hérodote, Amenemhat III (1843-1797) édifie le portail Nord de l'enceinte, mais aucun vestige de cette construction n'a été retrouvé.

Le début de la XIIIe dynastie semble donner la préférence à Memphis, attestant ainsi que la ville conservait sa place au cœur de la royauté. Lors de la Deuxième Période Intermédiaire et l'anarchie qui en résulte, du à la montée des dynasties parallèles dans le Delta (XIVe dynastie à Avaris et Xoïs), Memphis ne résiste pas à l'invasion des Hyksôs qui prennent et saccagent la ville en 1650. Salatis (ou Salitis, Roi d'Avaris 1663-1649) fondateur de la XVe dynastie, s'y fera couronner la même année.

Sous le Nouvel Empire, après la victoire d'Ahmès (ou Ahmosis, 1549-1525/24) sur les envahisseurs Hyksôs, les avantages stratégiques de Memphis l’imposent de nouveau. Cette importance est identifiée même par les Rois Thébains de la XVIIIe dynastie. Ainsi les Princes héritiers de cette dynastie s’y installent et sont éduqués à l'Ecole du Kep qui s'y trouvait. Les Pharaons, bien qu'ayant choisi Thèbes pour capitale, y séjournent fréquemment. Notamment Thoutmôsis III (1479-1425) et d'Amenhotep II (1428/27-1401) qui y sont couronnés. La cité, à cette période, va atteindre son apogée. De nombreux palais sont construits pour accueillir la famille royale. Avec la période de paix qui s'en suit la prospérité gagne à nouveau le pays et Memphis en profite pleinement. Un grand harem est fondé à Miour, dans la province Sud de la cité, près de Meïdoum. Le commerce se développe et le port de Memphis devient le point d'accès à l'Égypte pour les marchandises venant de Byblos et de Palestine.

Hérodote nous indique que ce serait de cette époque que daterait la fondation dans la ville d'un temple dédié à Astarté (ou Athtart ou Ashtart ou Ishtar, Déesse Phénicienne) qui sera également implantée dans le panthéon Égyptien sous les Ramessides. Après l'agitation du à la révolution "Amarnienne" d'Amenhotep IV (Aménophis ou Akhénaton, 1353/52-1338), Toutânkhamon (1336/5-1327) abandonne Amarna et prend résidence non pas à Thèbes, mais à Memphis. Les dynasties suivantes, surtout celle des Ramsès, dont la résidence était la ville Pi-Ramsès dans Delta, font toutefois beaucoup pour Memphis.

Avec eux la cité prend une nouvelle importance dans la politique du pays. C'est de Memphis que venaient les scribes, les artistes et les artisans. Ramsès II (1279-1213) développe le port et les industries de la ville. Une des divisions de son armée, en l'honneur du Dieu Ptah, portait son nom. Tia I, une de ses sœurs, est enterrée dans la nécropole Memphite, avec beaucoup d'autres hauts fonctionnaires et grands du royaume. Mérenptah (ou Mineptah, 1213-1203), son successeur, y construit un palais, agrandissant ainsi l'enceinte Sud-est du temple de Ptah. Pendant toute la période qui suit, Memphis reçoit les privilèges royaux des Ramessides.

Lors de la Troisième Période Intermédiaire avec les XXIe et XXIIe dynastie on assiste à une prolongation de l'activité initiée par les Ramsès. Memphis ne semble pas souffrir du déclin du pays lors de cette période et la ville reste la plus importante cité, même au temps des invasions étrangères. Il semble même que les souverains du Nord s'attachent à développer les cultes Memphites dans la région. Siamon (978-959, XXIe dynastie) fait édifier un temple dédié à Amon au Sud de l'Hout-ka-Ptah (Le Grand Temple de Ptah), dont les vestiges ont été dégagés par William Matthew Flinders Petrie au XIXe siècle.


Sheshonq I (945-924, XXIIe dynastie) aurait érigé une construction qui aurait considérablement agrandi le temple de Ptah. Il y aurait fait aménager son tombeau, ce qui expliquerait l'absence de traces concrètes de son ensevelissement à Tanis. On a d'ailleurs découvert les preuves qu'un culte funéraire lui était rendu à Memphis. Une nécropole des Grands Prêtres de Ptah de Memphis, datant de la XXIIe dynastie, a été dégagée à l'Ouest de l'enceinte, dont une chapelle dédiée à Ptah par le Prince Sheshonq (Fils du Roi Osorkon II), qui occupait alors cette fonction. Cette chapelle est aujourd'hui visible dans les jardins du musée du Caire.

De part sa position géographique, lors de la Basse Époque, Memphis est souvent le théâtre des luttes contre l'occupant. Le Roi Kouchite de Napata, Piânkhy (ou Piye, 747-716, XXVe dynastie) met le siège à la ville où s'était réfugié le Roi Saïte Tefnakht I (727-716, XXIVe dynastie). Le fait est relaté sur la stèle des Victoires que Piânkhy érige au temple d'Amon du Gebel Barkal. Il donne aussi une description de la cité et de ses fortifications. Après la prise de la ville, Piânkhy fait restaurer les temples et ses successeurs édifient des chapelles dans l'angle Sud-ouest de l'enceinte principale. La cité est une nouvelle fois impliquée dans des guerres lors de l'invasion Assyrienne.

Taharqa (690-664) parvient une première fois à y repousser l'envahisseur, mais la cité tombe aux mains des Assyriens qui y installent le Roi de Saïs Néchao I (672-664). Tanoutamon (664-656) successeur de Taharqa assiège et reprend Memphis à Néchao I qui meurt au cours de la bataille. Il relate le siège de la ville sur "la stèle du songe", qu'il érige à Napata. La victoire est de courte durée, sa reconquête de Memphis imposait aux Assyriens de prendre des sanctions. En 664, l'Empereur Assurbanipal (669-626) lance un corps d’armée contre l'Égypte et la cité retombe aux mains des Assyriens.

Après la libéralisation du pays par les souverains de la XXVIe dynastie, les enceintes des temples sont reconstruites et fortifiées, comme le palais d'Apriès (589-570) l'atteste et le siège du pouvoir quitte Saïs pour retourner un temps à Memphis. Lors de l'invasion Perse qui suit, les structures mises en place par les Pharaons Saïtes sont conservées et Memphis est la capitale de la nouvelle satrapie. Une garnison Perse est installée à demeure dans la ville près de la grande enceinte Nord. Les fouilles effectuées par William Matthew Flinders Petrie ont révélé que ce secteur comportait des armureries. Il y a aussi trouvé de nombreux vestiges remontant à cette époque.


Les Perses seront battus par Alexandre le Grand (336-323) qui sera accueilli en Égypte comme un libérateur. En 331, il se fait couronner Pharaon dans l'Hout-ka-Ptah (Le Temple de Ptah) et Memphis garde un statut important, notamment religieux, durant toute la période qui suit au cours de la dynastie des Ptolémée. Ptolémée III Évergète I (246-222) réunit dans la ville les délégués des principaux clergés du royaume afin d'établir la politique religieuse du pays. Ils fixeront aussi par décret les taxes et impôts.

Les décrets étaient inscrits sur des stèles placées dans les principaux sanctuaires du pays. À partir de 238, ces décrets solennels sont publiés en écritures : Hiéroglyphique, Grecque et démotique. Cette tradition va survivre sous les règnes suivants. L'exemple le plus célèbre de ces stèles est la pierre de Rosette.

Le déclin de Memphis commence en fait avec la création d'Alexandrie, qui va être la ville la plus importante d'Égypte, mais il est surtout important sous les Empereurs Romains, pour s'achever avec la conquête des arabes. Memphis va rester tout de même la deuxième ville du pays jusqu'à cette époque et l'établissement de leur nouvelle capitale, Fastât en 641 ap.J.C. Memphis sert alors de carrière pour les colonies environnantes. Elle est encore un imposant ensemble de ruines au XIIe siècle, mais lorsque les savants de Napoléon arrivent sur le site ils ne trouvent que des ruines éparses. Il faudra attendre les travaux de William Matthew Flinders Petrie au XIXe siècle pour dégager les restes de l'ancienne capitale de l'Égypte et lui rendre un peu de sa splendeur passée.

Archéologie et monuments


C'est surtout sous la période du Nouvel Empire (v.1540-1080) que Memphis va connaître son apogée mais la cité de tous temps aura fait l'objet d'attention de la part des Rois et Pharaons qui ce sont succédés. Sous les règnes des Pharaons de la XIXe dynastie la cité gagne en puissance et en grandeur, rivalisant au niveau politique et architectural avec les capitales qui se succèdent Thèbes et Pi-Ramsès. Les fouilles effectuées depuis plus d'un siècle sur le site nous ont confirmé les descriptions des historiens antiques et ont permis ainsi d'avoir une meilleure connaissance sur l'aspect que devait avoir cette cité. Le principal monument de la ville est sans contexte le temple, l'Hout-ka-Ptah et son enceinte.

Au-delà du mur qui ceinturait le temple, fut retrouvée à l'Ouest, une nécropole datant de la XXIIe dynastie. Plusieurs chapelles ont été dégagées, dont un petit temple de Ramsès II (1279-1213) dédié à Ptah, une chapelle de Séthi I (1294-1279) et un temple d'Hathor. Le tout au Sud de l'enceinte principale le long d'une voie processionnelle qui devait rejoindre un autre téménos (Espace sacré d'un sanctuaire) consacré à Sekhmet. Enfin à l'Est un grand portail précédé de colosses ouvrait sur la zone des palais royaux. Mérenptah (ou Mineptah, 1213-1203) y construisit son palais ainsi qu'un petit temple dédié à Ptah, agrandissant ainsi considérablement l'enceinte Sud-est de l'Hout-ka-Ptah. Il édifia un nouveau mur qui marque ce développement du site. C'est dans cette partie de la ville que devait se trouver le culte à la Déesse Astarté (ou Athtart ou Ashtart ou Ishtar, Déesse Phénicienne).


Les palais et Les temples de la cité étaient entourés par les différents quartiers de la ville dans lesquels se trouvaient de nombreux ateliers d'artisans, des arsenaux, les docks du port, les quartiers habités par les étrangers : Des Hittites, puis des Phéniciens, des Perses et enfin des Grecs. La cité était en effet située au carrefour des routes commerciales et de ce fait attirait les marchandises importées des différentes régions et tous les biens manufacturés que les Égyptiens échangeaient contre les matières premières dont ils manquaient comme le bois.

La grande enceinte Nord

Au Nord du temple de Ptah se trouvait une autre grande enceinte comprenant selon la tradition un temple de Neith et un palais construit par Apriès (589-570) de la XXVIe dynastie. Cette dynastie était issue de Saïs, cité de Neith, dont le culte fut rattaché aux croyances Memphites. Les Pharaons de cette époque s'attachèrent à édifier dans chacune des grandes cités de Basse Égypte des enceintes imposantes qui contenaient des bâtiments de l'administration royale afin de se protéger des invasions étrangères. Memphis en tant que plaque tournante de la Basse Égypte fut une des premières grandes cités équipées. La grande enceinte protégeait, outre le palais royal, une citadelle, des casernes et des armureries. William Matthew Flinders Petrie au XIXe siècle fouilla la zone et y retrouva de nombreux vestiges d'une activité militaire.

Le palais d'Apriès

Le palais construit par Apriès (589-570) de la XXVIe dynastie était édifié sur un promontoire qui dominait le site. Il faisait partie de cette série de structures édifiées à la Basse époque dans les enceintes sacrées et contenant, outre le palais royal : Une citadelle, des casernes et armureries. Sir William Matthew Flinders Petrie de 107 à 1912 fouilla la zone et alors qu'il dégageait l'entrée principale du palais y retrouva de nombreux vestiges d'une activité militaire. De fait les Rois de cette dynastie, qui étaient issue de Saïs dans le Delta, réorganisent le pays reprenant le contrôle de toutes les institutions religieuses et politiques et c'est de Memphis qu'ils gouvernent, même si la nécropole royale de la dynastie est installée dans l'enceinte du temple de Neith à Saïs. Aujourd'hui on peut voir sur le site, des restes du palais, un grand monticule de brique crue contenant encore enfouie une salle à colonne, dont seuls les chapiteaux dépassent des décombres.

Le grand Temple d'Hathor

Le Temple d'Hathor a été fondé et construit en grande partie par Ramsès II (1279-1213) comme en témoignent les nombreux cartouches relevés sur les parois encore en place. Il se trouve à environ soixante-dix mètres au Sud de l'enceinte principale, longeant une voie processionnelle ornée de différents édifices et statues, qui partaient de l'Hout-ka-Ptah (Le Grand Temple de Ptah) et devait relier, selon les descriptions anciennes de la cité, une autre enceinte consacrée à la parèdre d'Hathor, Sekhmet. Ce petit sanctuaire pourrait donc être un des temples relais pour les processions qui reliaient les deux téménos lors des grandes fêtes religieuses de la ville. Le temple d'Hathor est largement décrit et cité par les sources antiques. Il était célèbre dans tous le pays et représentait l'un des sanctuaires majeurs de la Déesse en Égypte.

Il est découvert dans les années 1970 en même temps que les vestiges en granite d'un autre édifice de la même époque situé lui à proximité du grand colosse couché. Ce petit temple d'Hathor a été identifié et fouillé par l'égyptologue Égyptien Abdullah el-Sayed Mahmud lors d'une campagne de fouille en 1971. Il dégagea alors la moitié d'un pylône et les deux tiers d'une cour à portiques supportés par des colonnes aux chapiteaux hathoriques. Il effectua d'autres campagnes par la suite afin de pousser les investigations jusqu'à 1984 pour le compte du Service des antiquités Égyptiennes. Il fut suivit par Huleil Ghaly, puis Karim Abu Shanab. Depuis le plan d'ensemble du temple a été restitué, mais il reste encore à le dégager du sable et de la terre qui le recouvre.
L'ensemble mis au jour nous présente un édifice d'environ 50 m. de longueur sur 20 m. de large au niveau du pylône, soit un temple de dimension comparable et semblable dans son aspect au temple reposoir édifié par Ramsès III (1184-1153) dans la grande cour du temple d'Amon-Rê de Karnak. Le temple est orienté Nord-sud et s'ouvre en direction de l'Hout-ka-Ptah (Le Grand Temple de Ptah). Cet accès composé par un pylône d'une vingtaine de mètres de large qui devait immédiatement précéder la cour péristyle, à moins qu'il ne se trouve précédé lui-même d'une première cour qui serait, elle, encore enfouie. Les reliefs partiellement mis au jour nous présentent les scènes d'offrande classiques où le Pharaon se tient devant diverses divinités, mais également des scènes liées à son jubilé, le Heb-Sed. On trouve aussi des scènes montrant les rites de fondation du sanctuaire, accomplis par le Roi en présence de la Déesse Seshat (Déesse de l'écriture, de l'astronomie, de l'architecture et des mathématiques). L'ensemble fut exécuté avec qualité et sculpté sur du calcaire fin.



Le Temple de Neith

Selon la tradition au Nord de l'Hout-ka-Ptah (Le grand Temple de Ptah) se trouvait un quartier de la ville qui comprenait un temple dédié à la Déesse Neith protectrice de la ville, dont on a des traces de l'existence du culte depuis l'Ancien Empire. Ce sanctuaire n'a cependant pas été retrouvé dans la plaine située au Nord de la ville. On sait toutefois que son téménos (Espace sacré d'un sanctuaire) fut agrandit au fil du temps au point d'occuper une bonne partie de la cité avec une enceinte de près de 600 m. x 400 m. Cette deuxième enceinte de Memphis reçut même un palais lors de la XXVIe dynastie, sous le règne du Pharaon Apriès (589-570).


Cette dynastie était issue de Saïs, cité de Neith, dont le culte prit un nouveau développement lorsqu'il fut rattaché aux croyances Memphites. Son étendue étant aussi vaste que l'enceinte de Ptah seule pour l'instant les vestiges du palais ont été mis au jour.

Les nécropoles de Memphis

Compte tenu du nombre de siècles importants que parcourut la cité et de son imposante population estimée à une période à 30 000 habitants, Memphis comprenait plusieurs nécropoles qui s'étalaient dans le désert le long de la vallée, proche de celle de Saqqarah. La ville elle-même comportait des cimetières qui furent aménagés à l'Est de l'Hout-ka-Ptah (Le grand Temple de Ptah). Ce dernier était réputé pour avoir abrité une des reliques du Dieu Osiris dans un tombeau spécialement aménagé en son honneur. Cette partie de la ville nommée (nx-tAwi "Ce qui fait vivre les deux Terres") comportait déjà au Moyen Empire une nécropole. Des agrandissements à l'Est de l'enceinte du Temple de Ptah ont été réalisés par les souverains Bubastites de la XXIIe dynastie (945-715) qui cherchaient à renouer avec la gloire passée des Ramessides. Dans cette partie du site les archéologues ont mis au jour la nécropole des Grands Prêtres de Ptah de cette période. Selon les sources le site comportait également une chapelle (ou un oratoire) dédiée à la Déesse Bastet, ce qui tente à prouver la forte présence de la dynastie Libyenne issue de Bubastis à Memphis.

Le palais de Merenptah

Mérenptah (ou Mineptah, 1213-1203), successeur du grand Ramsès II (1279-1213), marque un développement magistral de la cité. Il va faire beaucoup pour la ville et y construit un palais, agrandissant ainsi l'enceinte Sud-est de l'Hout-ka-Ptah (Le grand Temple de Ptah), où lui et sa cour vont résider régulièrement. Il est attesté que le cours du Nil s'est déplacé au cours des siècles vers l'Est laissant de nouveaux terrains à occuper dans la partie orientale de la capitale. C'est dans cette partie de la ville, quartier réservé aux Phéniciens, qu'était pratiqué le culte de la Déesse Astarté (ou Athtart ou Ashtart ou Ishtar, Déesse Phénicienne). Ce quartier était dominé par le grand portail oriental de l'enceinte de l'Hout-ka-Ptah, précédé de colosses parmi lesquels on compte celui de Ramsès II qui a été transféré à Guizeh.

Autres monuments de la Cité


▪ Le Temple d'Astarté : Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) nous rapporte qu'à l'époque où il visita la ville, ce temple se situait dans le quartier réservé aux Phéniciens. Il n'a malheureusement toujours pas été mis au jour par les archéologues.

▪ Le Temple d'Amon de Memphis : Le temple d'Amon est construit lors de la XXIe dynastie. Il a été mis au jour au Sud de l'Hout-ka-Ptah (Le Grand Temple de Ptah) non loin de l'actuel musée en plein air du site.

▪ Le Temple de Sekhmet : Elle était la parèdre (Terme d'antiquité grecque. Se dit des divinités accessoirement associées à un culte quelconque, dont les statues étaient placées à côté de celles des dieux de ce culte.) du Dieu Ptah, son temple n'a pas à aujourd'hui été découvert mais est attesté par différentes sources Égyptiennes. Sekhmet pouvant être confondue avec Hathor, son temple pourrait être commun à cette dernière. Il pourrait également se trouver dans l'enceinte même de l'Hout-ka-Ptah (Le Grand Temple de Ptah).

▪ Le Temple d'Apis : Lors des fouilles de Rudolph Anthès de l'Université de Philadelphie, entre 1955 et 1957, les tables d'embaumement du taureau sacré Apis ont été retrouvées au Sud-ouest à l'intérieur de l'enceinte dans un bâtiment qui remonte, dans sa partie la plus récente, au règne de Nectanébo II (360-342). Le temple, par lui même, de l'Apis, n'a toujours pas été identifié. Le monument dédié aux rites de momification d'Apis (La ouâbet d'Apis) se situe quant à lui non loin de l'Hout-ka-Ptah. Il a été de nouveau fouillé et étudié en 1980 par l'American Research Center in Egypt établissant que l'édifice existait déjà à la XXIe dynastie et qu'il fut plusieurs fois transformé par la suite notamment sous la XXVIe dynastie.



Bibliographie

Jean Capart :
- Memphis à l'ombre des pyramides, Vromant & Co, Bruxelles, 1930.
Willy Clarysse, Dorothy J.Crawford et Jan Quaegebeur :
- Studies on Ptolemaic Memphis, Studia hellenistica, 1980.
Abdel Tawab El-Hitta :
- Fouilles de Memphis à Kom el Fakhri, Les grandes découvertes archéologiques de 1954, Le Caire, 1955.
Abdulla el-Sayed Mahmud :
- A new temple for Hathor at Memphis, Egyptology today N°1, Aris and Phillips, Warminster, 1978.
David G.Jeffreys :
- The survey of Memphis, pp. 93-106, Journal of Egyptian Archaeology 68, Londres, 1981 et 1985
Jean-Philippe Lauer :
- Les statues ptolémaïques du Sarapieion de Memphis, Publications d'art et d'archéologie de l'université de Paris 3, PUF, Paris, 1955.
- Royal Cemetery of Memphis, Thames & Hudson Ltd, Février 1976.
- Avec A.Shoucair, Saqqarah, la nécropole royale de Memphis, 40 siècles d’histoire, 125 ans de recherches, Tallandier, Paris, 1977.
Jean Leclant et Alain-Pierre Zivie :
- Memphis et ses nécropoles au Nouvel Empire, Nouvelles données, nouvelles questions, CNRS Éditions, Paris, 1988.
William Matthew Flinders Petrie :
- The palace of Apries Memphis II, School of archaeology in Egypt, 1909
- Meydum and Memphis III, The School of archaeology in Egypt, 1910.
Il existe d'autres ouvrages sur Memphis de cet auteur voir sa bibliographie.
Charles Maystre :
- Les Grands Prêtres de Ptah de Memphis, collection : Orbis Biblicus et Orientalis, OBO 113, Academic Press Fribourg, 1992 - Press universitaire Fribourg, Juillet 1998.
Wolfgang Schenkel :
- Memphis, Herakleopolis, Theben : Die epigraphischen zeugnisse der 7.-11. Dynastie Ägyptens, ÄA 12, Otto Harrassowitz, Wiesbaden, 1965.
Henry Sidney Smith :
- Visit to ancient Egypt, Life at Memphis and Saqqara in the late period, Aris & Phillips, Octobre 1974.
Dorothy J.Thompson :
- Memphis under the Ptolemies, Princeton university press, Princeton, 1988 et Décembre 1989.
Jean Vercoutter, Michel Malinine et Georges Posener :
- Catalogue des stèles de Sérapéum de Memphis, vol.1, RMN, Paris, 1968.


Bien @ Vous,


**Merera**
~~~~L'Art n'a pas de limite et aucun artiste ne possède la perfection" - Ptah-Hotep - ~~~~
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 19 Mai 2009
Messages: 167
Localisation: Où mes pas et mes idées me guident...


Message Dimanche 28 Fév 2010 8h02 Répondre en citant

Le Temple de Ptah


Le temple, l'Hout-ka-Ptah (Ht-ka-Ptah "Le château du ka de Ptah") et son enceinte occupaient une grande partie de la ville antique. Ses vestiges ont été fouillés et sont exposés dans le musée en plein air à proximité du grand colosse de Ramsès II (1279-1213) dans l'axe Sud du temple. C'est dans ce secteur qu'un grand sphinx monolithe a été découvert au XIXe siècle. On a aussi trouvé sur le site du temple des statues, des colosses, des stèles et des éléments d'architecture. Cependant beaucoup d'objets ont été envoyés dans les principaux musées du monde. Les pièces maîtresses du site sont tout de même restées en Égypte et sont exposées pour la plupart au musée du Caire.

On connaît la disposition du temple grâce à Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) qui visite le site à l'époque de la première invasion Perse (XXVIIe dynastie). C'est lors de rencontres avec les Prêtres de Ptah qu'il va recueillir des informations sur la structure et sur les principaux monuments que la grande enceinte contenait. D'après l'historien Grec le temple est fondé par Ménès/Narmer (v.3040-v.2995), premier Roi de la Ière dynastie. À l'époque il n'existe qu'une partie privée du temple, réservée au Roi et aux seuls Prêtres, mais Hérodote n'en donne aucune description, il se contente de la citer.

Nos seules informations concernant Memphis et son temple nous viennent de ses récits. Elles ont longtemps prévalu, bien que souvent contestées par les auteurs et historiens antique, jusqu'à ce que les travaux archéologiques entrepris au siècle dernier mettent au jour, peu à peu, les ruines de l'Hout-ka-Ptah. Les fouilles nous ont apporté la preuve que le temple était entouré d'une grande enceinte qui comportait plusieurs portes monumentales, dont trois ont pu être identifiées avec certitude : Une au Sud, une à l'Ouest et une à l'Est.

Nous ignorons toujours l'aspect précis de l'intérieur du temple. Seuls les principaux accès au périmètre qui l'entourait sont aujourd'hui connus et étudiés, notamment les grands colosses qui en ornaient les portes datant du règne de Ramsès II. À l'Ouest, le temple formait un axe avec une imposante salle hypostyle construite par Ramsès II. Elle était précédée d'un grand pylône qui s'ouvrait sur les nécropoles. Le pylône était précédé de colosses et statues dont certaines parties sont encore sur place. La salle hypostyle possédait une double rangée de colonnes centrales qui soutenaient le toit. Les bas côtés constitués de 34 colonnes entouraient cette allée centrale sur trois côtés. Il ne reste aujourd'hui que les fondations et les bases de colonnes. Hérodote rapporte que cette partie du temple fut aménagée par Psammétique I (664-610, XXVIe dynastie) qui fit ériger le portique et bâtir pour l'Apis la cour, en face du portique. Celle-ci était entourée d'une colonnade ou les colonnes y étaient remplacées par des colosses.

Le sanctuaire de Ptah

Du saint des saints du temple de Ptah il ne reste rien de tangible aujourd'hui. Ses vestiges ou fondations sont situés sous la palmeraie et la cité de Mit Rahineh non loin d'un canal moderne qui traverse de part en part la grande enceinte de l'Hout-ka-Ptah.
Nous pouvons toutefois nous donner une idée de sa splendeur grâce aux descriptions données par les voyageurs arabes qui visitèrent les ruines de Memphis et de son grand temple. À cette époque le site présentait encore de nombreux vestiges remarquables et c'est ainsi que plusieurs d'entre-eux, parcourant ce champ de blocs renversés, décrivent une chapelle monolithe encore intacte faite d'une pierre aux reflets verts.
Cette Chambre-Verte, comme se plurent à la baptiser ces chroniqueurs du Moyen Âge, avait probablement été taillée dans un bloc de basalte vert et produisait une grande impression tant par la qualité de sa pierre et des reliefs qu'elle portait, que par ses proportions. D'une hauteur de près de cinq mètres, pour une longueur de quatre et de trois en façade, ses parois étaient d'une égale épaisseur de un mètre, et l'ensemble reposait sur d'imposants blocs de fondation en granite rouge.
Voici comment l'historien arabe Ahmad al-Maqrîzî décrit le monument qui se voyait encore un siècle plus tard :
« On voyait à Memphis (...) une maison de cette pierre dure de granit, sur laquelle le fer ne mord point ; elle était d'une seule pièce. On voyait dessus des figures sculptées et de l'écriture ; sur la face de la porte étaient des figures de serpents qui présentaient leur poitrail25. »
Nul doute que cette description correspond à celle du naos du grand temple de l'Hout-Ka-Ptah, qu'Abdul al-Latif médecin et non moins célèbre géographe arabe du XIIIe siècle de notre ère, décrit comme « placée dans un magnifique temple construit de grandes et énormes pierres assemblées avec la plus grande justesse et l'art le plus parfait »26.
À l'intérieur de ce naos monolithe devait se trouver une autre chapelle de plus petite dimension abritant la statue du dieu, objet du culte du temple.
Une évocation de cette chapelle sacrée nous a probablement été transmise par une petite amulette en or trouvée sur la momie du général Oundjebaoundjed, ministre de Psousennès Ier, inhumé dans la nécropole royale de Tanis aux côtés de son maître et souverain. Ce petit bijou représente un naos en miniature contenant une statuette du dieu Ptah en lapis-lazuli. Les parois du naos sont en effet couverts de reliefs miniatures figurant des divinités tandis que le linteau de la porte est orné d'un disque solaire ailé. De chaque côté de la porte on peut voir deux colonnes en forme de piliers djed supportant deux oiseaux coiffés de disques solaires27. On peut y reconnaître les deux oiseaux bâ, symbolisant les âmes du dieu Rê, ou encore sa progéniture les dieux Shou et Tefnout qui ainsi figurés étaient associés au culte du dieu Ptah. De telles représentations se retrouvent sur les grands piliers des tombes de dignitaires des XVIIIe et XIXe dynasties mises au jour à Saqqarah28, nous livrant ainsi un témoignage précieux sur les symboles qui entouraient la divinité au plus profond de son sanctuaire memphite.
Le pilier djed est un des symboles les plus sacrés de la mythologie égyptienne. Associé au dieu Osiris, il sera rapidement un des symboles du dieu Ptah, reliant encore un peu plus ces deux divinités qui par syncrétisme avec le dieu Sokaris, formaient à Memphis une seule et même divinité particulièrement honorée dans les grandes nécropoles qui s'étalent à l'horizon occidental de la cité.
Le dieu Ptah est souvent représenté tenant un sceptre composite dont l'un des éléments est précisément le pilier sacré en question. Selon la tradition ce pilier était conservé dans le grand temple du dieu à Memphis et Pharaon devait régulièrement s'y rendre et y pratiquer un rite connu sous le nom d'érection du djed, rite assurant la restauration de la stabilité de l'univers en même temps qu'il symbolisait la résurrection du dieu.
Lors des fouilles que Petrie effectua au début du XXe siècle, les sondages qu'il pratiqua sur un axe ouest-est à partir de la salle hypostyle du temple afin de découvrir les fondations du temple révélèrent des vestiges du sanctuaire principal du temple. Des blocs de parois sculptés dans un quartzite jaune mettant en scène la déesse Sekhmet à laquelle le roi fait offrande, appartiennent à une chapelle ou une salle du sanctuaire édifiée sous Amenhotep III. Elle reposait sur un soubassement de granite rouge de la même époque.
Non loin les fouilleurs découvrirent également des fragments d'une autre chapelle au nom cette fois d'Amasis fait également de quartzite et de granite. Les parois sculptées présentent des reliefs dont un portrait du roi qui aujourd'hui est exposé au musée d'Edinburgh en Écosse29.
Ce grand sanctuaire devait s'articuler avec les quatre développements du temple auxquels les quatre grands portails donnaient accès. Certains auteurs font un rapprochement direct de ce plan avec celui du temple d'Amon-Rê de Karnak qui il est vrai présente des analogies avec celui de Ptah de Memphis30.
On notera cependant l'absence au grand temple de Ptah de vestiges d'obélisques monumentaux, symboles solaires par excellence, qui s'ils avaient existé et en raison de leur matériau y auraient été retrouvés même brisés en morceauxNote 12. Pour l'Hout-ka-Ptah de grands colosses ornaient et dominaient les quatre portes principales du temple en lieu et place de ces pointes de granite. Ils indiquaient les quatre axes principaux aboutissant au sanctuaire du temple, point central du culte de Ptah.
Le triple accès du pylône occidental est un autre indice du plan du sanctuaire qui devait présenter alors un naos central et principal abritant la statue du dieu Ptah, tandis que des sanctuaires secondaires devaient soit abriter celles de la famille divine que le dieu formait avec Sekhmet et Néfertoum, soit des divinités avec lesquelles le dieu Ptah s'assimilait.
Les textes antiques nous informent en effet que le culte de Sokaris et de sa barque sacrée Hénou se trouvait dans l'Hout-ka-PtahNote 13. Le sanctuaire de Sokaris à Memphis était réputé abriter l'un des tombeaux d'Osiris, celui qui conservait la tête du dieu. Ce sanctuaire était le centre de grandes cérémonies religieuses qui se déroulaient au mois de Khoïak lorsque la passion et la résurrection du dieu était jouée à travers tout le pays dans ses principaux lieux de cultes. La barque sacrée Hénou, dont on trouve fréquemment des représentations dans les temples ou sur des éléments votifs consacrés au dieu dans les tombes, contenait une divinité nommée Sânkh-Ptah, c'est-à-dire celui qui vit de Ptah, divinité assimilant les dieux Ptah, Sokaris et Osiris formant une seule entité divine qui était particulièrement honorée à Saqqarah la nécropole principale de Memphis.
Elle était donc conservée dans cette partie du temple qui se nommait la Shetyt de Sokar, dont les éléments principaux ont été reproduits dans les temples tardifs de Denderah et d'Edfou31. Cet ensemble de salles reliées entre-elles était toujours placé à l'ouest du sanctuaire principal du temple. On notera à Karnak l'existence d'un autre exemple bien connu de chapelles dédiées au culte de Sokaris cette fois situées au sud-ouest de l'axe principal de l'Akhmenou, ou la salle des fêtes de Thoutmôsis III. Les inscriptions hiéroglyphiques qui couvrent ces différents sanctuaires dédiés à Sokaris font clairement référence au sanctuaire de Memphis comme le lieu où ont été rassemblés les différents membres du dieu Osiris pour procéder à sa momification avec l'aide d'Anubis, d'Isis et de Nephtys.
Nul doute qu'à Memphis, dans l'Hout-ka-Ptah, ce sanctuaire dédié à Sokaris existait sur un plan plus développé et selon des orientations semblables. On pourrait donc restituer immédiatement au sud-ouest du sanctuaire de Ptah une Shetyt de Sokar, lieu où une partie des mystères d'Osiris se déroulait.
On notera que lors des fouilles du Service des antiquités de l'Égypte à la fin du XIXe siècle, des vestiges d'une porte en grès ont été découverts à quelques dizaines de mètres au sud-est de la salle hypostyle ramesside, là où primitivement s'élevait le temple. Datant de la XXVIe dynastie, l'un des montants comportaient alors encore une scène représentant un pharaon en adoration devant la grande barque Hénou32. Il s'agit peut-être là d'une des portes qui donnaient accès aux salles du sanctuaire de Sokaris.
L'autre divinité principale à laquelle Ptah s'identifiait était le dieu Taténen.
Ancienne divinité de la région memphite, cette divinité finit par représenter l'aspect dynamique du dieu Ptah et à ce titre était étroitement lié au mythe de la création de l'univers, symbolisant la terre qui se soulève, la butte primordiale sur laquelle le dieu Rê vint à l'existence pour la première fois. Cet aspect solaire du dieu Ptah est représenté par la couronne du dieu Taténen qui comportait le disque solaire encadré de deux hautes plumes. C'est également la couronne que porte le grand colosse en granite de Ramsès II qui se dressait devant le portail de l'est du temple.
Ainsi il est probable que le développement oriental du grand temple de Ptah était plus particulièrement consacré à ce dieu sous sa forme de Taténen, avec un sanctuaire orienté vers le soleil levant.

Bibliographie

Hérodote, L'Enquête, vol. II ;
Jaromir Málek, A Temple with a Noble Pylon, Archaeology Today, 1988 ;
Hourig Sourouzian, Les monuments du roi Mérenptah, Verlag Philpp von Zabern, Mainz am Rhein, 1989 ;
Jean Yoyotte & Pascal Charvet, Strabon, le voyage en Égypte - Un regard romain, Éd. du Nil, 1997 ;
Sylvain Aufrère & Jean-Claude Golvin, L'Égypte restituée - Tome 3 - Sites, temples et pyramides de Moyenne et Basse Égypte, Éditions Errance, 1997 ;




Pour visiter le Temple de Ptah @ Memphis cliquez sur ce lien : http://www.egyptis.com/forum/viewtopic.php?t=18528


Bien @ Vous,


**Merera**
~~~~L'Art n'a pas de limite et aucun artiste ne possède la perfection" - Ptah-Hotep - ~~~~
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 2368



Message Mercredi 27 Avr 2011 1h24 Répondre en citant





Moriarty - Evius / Gali88 (21/11/05)
Moriarty - Evius / Gali88 (12/12/05)



Moriarty - Evius / Gali88 (02/01/06)
Evius - Gali88 / ZuT (23/01/06)
Evius - Gali88 / ZuT (13/02/06)
ZuT - Gali88 (06/03/06)
ZuT - Gali88 (27/03/06)
Didierv - ZuT / Moriarty [17/04/06]
(Interim)
Djamel - Zayalix (08/05/06)
Astari - LeComar (29/05/06)
Astari - LeComar (19/06/06)
LeComar - Thoutmôsis III (TouT) (10/09/06)
Thoutmôsis III (TouT) - lefif / Alzarus (31/07/06)
Thoutmôsis III (TouT) - lefif / Alzarus (21/08/06)
Thoutmôsis III (TouT) - lefif / Alzarus (11/09/06)
Alzarus – DameOcls / LeComar (02/10/06)
Alzarus – DameOcls / LeComar (23/10/06)
Alzarus – DameOcls / LeComar (13/11/06)
Thoutmôsis III (TouT) - Pince (04/12/06)
Le Comar - lefif / Alzarus (25/12/06)



Thoutmôsis III (TouT) - Pince / Glok / Astari (15/01/07)
Thoutmôsis III (TouT) - Pince / Glok / Astari (05/02/07)
Finghin - Xyanao / Aurinko (26/02/07)
Finghin - Xyanao / Aurinko (19/03/07)
Finghin - Xyanao / Aurinko (09/04/07)
Aurinko - xyanao (30/04/07)
Xyanao - chevaux / Aurinko (21/05/07)
Finghin - Toipus (11/06/07)
Toipus - Finghin (02/07/07)
chevaux - Bruno92 (23/07/07)
chevaux - Bruno92 (13/08/07)
Bruno92 - chevaux (03/09/07)
Bruno92 - chevaux (24/09/07)
Toipus - Gedel11 (15/10/07)
Toipus - Gedel11 (05/11/07)
chevaux - Finghin (26/11/07)
Finghin – chevaux / Jehuty/ Assima (17/12/07)



Finghin – chevaux / Jehuty/Assima (06/01/08)
chevaux - Assima (27/01/08)
Assima - Toipus (18/02/08)
Toipus - Assima (10/03/08)
(Interim) (Raison victoire de Mr Blanc) (31/03/08)
LeComar - Thoutmôsis III (TouT) (07/04/08)
Thoutmôsis III (TouT) - lefif / LeComar / Gengen (28/04/08)
Gengen – TouT / erwen1 /qurfen(19/05/08)
Gengen – TouT / erwen1 /qurfen 09/06/08)
TOIPUS - Assima (30/06/08)
TOIPUS - Assima (21/07/08)
chevaux- finghin (11/08/08)
chevaux- finghin (01/09/08)
chevaux- finghin (22/09/08)
chevaux- théo (13/10/08)
Gengen - alexandre (03/11/08)
Gengen - lilouma (24/11/08)
chevaux- lilouma / alexandre (15/12/08 au 04/01/08)



chevaux - Akenathon_2 /alexandre (05/01/2009)
Gengen - lilouma (26/01/09)
Gengen - chevaux (15/02/09)
chevaux - Gengen (09/03/2009)
chevaux - Gengen(30/03/2009) (20/04/2009) (prolongation 2ème tour d'élection)
TOIPUS - Assima (24/04/2009)
(Interim) (Raison victoire de M. Blanc) (01/06/2009)
Sofia - lilouma (15/06/2009)
lilouma - alexandre (06/07/2009)
lilouma - elfe (27/07/2009)
qurfa - elfe (17/08/2009)
qurfa - cicine60 (07/09/2009)
cicine60 - qurfa (28/09/2009)
qurfa - cicine60 (19/10/2009)
cicine60 - Merera / Qurfa / Xsmokingbenx (09/11/2009)
xsmokingbenx - Lecomar (30/11/2009)
Merera - chevaux (21/12/2009)



Merera - chevaux (11/01/2010)
Merera - cicine60 (01/02/2010)
gedel11 - qurfa (22/02/2010)
gedel11 - qurfa (15/03/2010)
qurfa - Doomed (05/04/2010)
chevaux - Doomed (26/04/2010)
Merera - cristiano (17/05/2010)
Merera - cristiano (07/06/2010)
qurfa - chevaux (28/06/2010)
chevaux - qurfa (19/07/2010)
qurfa - chevaux / Aertia (09/08/2010)
Aertia - Finghin (30/08/2010)
gedel11 - pas de vice (20/09/2010)
chevaux - qurfa (11/10/2010)
chevaux - qurfa (01/11/2010)
qurfa - chevaux (22/11/2010)
Merera - pas de vice (13/12/2010)



samanes - Slash (03/01/2011)
chevaux - Akhesaa / lotus66 (24/01/2011)
lotus66 - nautilus / Akhesaa (14/02/2011)
lotus66 - oceang (07/03/2011)
lotus66 - Tpt (28/03/2011)
vans4 - SOKHARIS (18/04/2011)
chevaux - SOKHARIS (09/05/2011)
SOKHARIS - Nautilus (30/05/2011)
Therafek - Ahmosis / sache (20/06/2011)
lotus66 - chevaux (11/07/2011)



Libéré, délivré.


Dernière édition par Kian le Mardi 19 Juil 2011 3h25; édité 2 fois
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 2368



Message Samedi 30 Avr 2011 3h24 Répondre en citant





Avril
20 avril 2009 : 103%
27 avril 2009: 82%

Mai
04 mai 2009 : 83%
11 mai 2009 : 80%
18 mai 2009: 85%
25 mai 2009 : 104%

Juin
01 juin 2009 : 105%
08 juin 2009 : 74%
15 juin 2009: 96%

Juillet
27 juillet 2009: 68%

Novembre
08 novembre 2009: 99%
15 novembre 2009: 93%
22 novembre 2009: 73%



Février
01 février 2010: 92%
15 février 2010: 88%
22 février 2010: 101%

Mars
01 mars 2010: 96%
08 mars 2010: 77%
15 mars 2010: 86%
22 mars 2010: 65%
29 mars 2010: 80%

Avril
05 avril 2010: 87%
12 avril 2010: 102%
19 avril 2010: 73%
26 avril 2010: 86%

Mai
03 mai 2010: 73%
10 mai 2010: 84%
17 mai 2010: 109%
24 mai 2010: 83%
31 mai 2010: 87%

Juin
07 juin 2010: 73%
14 juin 2010: 73%
21 juin 2010: 69%
28 juin 2010: 93%

Juillet
05 juillet 2010: 83%
12 juillet 2010: 93%
19 juillet 2010: 78%
26 juillet 2010: 92%

Août
02 août 2010: 66%
09 août 2010: 79%
16 août 2010: 91%
23 août 2010: 92%
30 août 2010: 32%

Septembre
06 septembre 2010: 94%
13 septembre 2010: 98%
20 septembre 2010: 103%
27 septembre 2010: 99%

Octobre
04 octobre 2010: 110%
11 octobre 2010: 58%

18 octobre 2010: 83%
25 octobre 2010: 75%

Novembre
01 novembre 2010: 103%
08 novembre 2010: 79%
15 novembre 2010: 79%
22 novembre 2010: 73%
29 novembre 2010: 95%

Décembre
06 décembre 2010: 35%
13 décembre 2010: 74%
20 décembre 2010: 67%
27 décembre 2010: 81%



Libéré, délivré.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 25 Sep 2009
Messages: 2368



Message Samedi 30 Avr 2011 3h26 Répondre en citant





Janvier
03 janvier 2011: 77%
10 janvier 2011: 67%
17 janvier 2011: 100%
24 janvier 2011: 82%
31 janvier 2011: 87%

Février
07 février 2011: 106%
14 février 2011: 75%
21 février 2011: 109%
28 février 2011: 59%

Mars
07 mars 2011: 110%

14 mars 2011: 89%
21 mars 2011: 90%
28 mars 2011: 80%

Avril
04 avril 2011: 65%
11 avril 2011: 81%
18 avril 2011: 100%
25 avril 2011: 98%

Mai
02 mai 2011: 77%
09 mai 2011: 79%
16 mai 2011: 98%
23 mai 2011: 67%
30 mai 2011: 93%

Juin
06 juin 2011: 102%
13 juin 2011: 95%
20 juin 2011: 70%
27 juin 2011: 72%

Juillet
04 juillet 2011: 71%
11 juillet 2011: 77%
18 juillet 2011: 54%



Libéré, délivré.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Lundi 25 Juil 2011 23h18 Répondre en citant

FIN JUILLET 2011


Mis à jour le 25 juillet 2011


LE NOMARQUE EN SERVICE





LA CRUE



La semaine du 25 au 31 juillet : 45%



LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 269
Le nombre de soldats : 63

Le nombre de parcelles occupées : 1034
le nombre de parcelles libres : cultivables : 531
constructible : 609

Parcelles utilisées : Terrain nu : 281
Élevage 105
Atelier 564
Culture 84
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

NOS HABITANTS




NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS


Dusko 30/07/2011
Ardagne 30/07/2011



NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Nous avons la chance à MEMPHIS d'avoir trois taverniers, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

NAUTILUS LOTUS66 KIAN


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 185 391 Debens dans le coffre fort du bureau


Page en construction... :lunettes:

Je tiens à remercier Isis59200 et Nanoubis qui m'ont permise de reprendre quelques unes de leurs idées, merci à vous mesdames ;)


" L'homme qui ne se contente pas de peu, ne sera jamais content de rien " Épicure.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Lundi 1 Aoû 2011 15h09 Répondre en citant

AOÛT 2011


Mis à jour le 08 août 2011


LE NOMARQUE EN SERVICE




LOTUS66 A ÉTÉ RÉ-ÉLUE


LA CRUE




La semaine du 01 au 07 août : 31%

La semaine du 08 au 14 août : 102%

La semaine du 15 au 21 août : 78%

La semaine du 22 au 28 août: 32%

La semaine du 29 août au 4 septembre: 88%


LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 258
Le nombre de soldats : 59

Le nombre de parcelles occupées : 997
le nombre de parcelles libres : cultivables :543
constructible : 634

Parcelles utilisées : Terrain nu : 321
Élevage 104
Atelier 540
Culture 32
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

[size=18]
NOS HABITANTS




NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS


Dusko 30/07/2011
Ardagne 30/07/2011
Milm 03/08/2011
Appokalyptik 03/08/2011
Azer88 03/08/2011
Timoton 03/08/2011
matheos 08/08/2011
Nakiara 08/08/2011
ilan 159



NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Nous avons la chance à MEMPHIS d'avoir trois taverniers, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

NAUTILUS LOTUS66 KIAN


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 192370 Debens dans le coffre fort du bureau


" L'homme qui ne se contente pas de peu, ne sera jamais content de rien " Épicure.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Vendredi 2 Sep 2011 20h21 Répondre en citant

SEPTEMBRE 2011


Jusqu'au 11 septembre


LE NOMARQUE EN SERVICE





LA CRUE



La semaine du 29 août au 4 septembre : 88%

La semaine du 5 au 11 septembre : 76%


LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 286
Le nombre de soldats : 115

Le nombre de parcelles occupées : 1018
le nombre de parcelles libres : cultivables : 515
constructible : 641

Parcelles utilisées : Terrain nu : 254
Élevage 102
Atelier 535
Culture 127
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

NOS HABITANTS




NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS





NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Nous avons la chance à MEMPHIS d'avoir trois taverniers, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

NAUTILUS LOTUS66 KIAN


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 192539 Debens dans le coffre fort du bureau


" L'homme qui ne se contente pas de peu, ne sera jamais content de rien " Épicure.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Samedi 17 Sep 2011 0h27 Répondre en citant

SEPTEMBRE 2011


Du 11 septembre


LE NOMARQUE EN SERVICE



Ysatis nommée vice normarque le 18/09/2011 (2jours)
Medjes nommé vice nomarque le 20/09/2011


LA CRUE




La semaine du 12 au 18 septembre : 87%

La semaine du 19 au 25 septembre : 100%

La semaine du 26 au 02 octobre : 99%



LES ANIMATIONS

Animations proposées pour les 3 semaines.

Les animations hebdomadaires
Dimanche: le jeu de la crue
Lundi: le jeu des champs semés
Mardi-mercredi: Que-suis-je?
Jeudi: le panier du marché
Vendredi-samedi: Qui-suis-je?



L'ÉCOLE DU KEP

Ouverte les lundis et samedis avec une crue à 87, 100 et 99 %




LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 279
Le nombre de soldats : 115

Le nombre de parcelles occupées : 980
le nombre de parcelles libres : cultivables : 529
constructible : 665

Parcelles utilisées : Terrain nu : 263
Élevage 98
Atelier 515
Culture 104
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

NOS HABITANTS





NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS


Rah , Lolo270290 , Ozonne et Nenete550 nés le 18/09
diake , isis76, nockz84, Bartimeus, nicoss2008, Thaliablitz, skaim, Misskity nés le 21/09
asuffel, Isis18 et Sercus nés le 23/09
Sanorea, zahara, zaza et axof nés le 24/09
Zaec né le 26/09/2011
Ane, tess75, maxdu44370, Gleek_4ever, zaza et mama026 né le 27/09/2011
Archidora et govinette née le 28/09/2011



NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Nous avons la chance à MEMPHIS d'avoir trois taverniers, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

NAUTILUS LOTUS66 KIAN


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 195270 Debens dans le coffre fort du bureau
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Lundi 10 Oct 2011 22h06 Répondre en citant

OCTOBRE 2011


Du 03 octobre au 23 octobre


LE NOMARQUE EN SERVICE




Du 24 octobre au 13 novembre




LA CRUE




La semaine du 03 au 09 octobre : 86%

La semaine du 10 au 16 octobre : 79%

La semaine du 17 au 23 octobre : 70%

La semaine du 24 au 30 octobre : 101%

La semaine du 31 au 06 novembre : 102%




LES ANIMATIONS

Animations proposées pour les 3 semaines.

Les animations hebdomadaires
Dimanche: le jeu de la crue
Du 03 au 07 octobre quizz de la gazelle
pas de jeu du week-end
quizz BD
petites fiches sur les films concernant l'Égypte



L'ÉCOLE DU KEP

Fermée les lundis et samedis




LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 275
Le nombre de soldats : 115

Le nombre de parcelles occupées : 975
le nombre de parcelles libres : cultivables : 535
constructible : 664

Parcelles utilisées : Terrain nu : 260
Élevage 100
Atelier 514
Culture 101
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

NOS HABITANTS





NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS





NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Nous avons la chance à MEMPHIS d'avoir trois taverniers, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

NAUTILUS LOTUS66 KIAN


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 196243 Debens dans le coffre fort du bureau


" L'homme qui ne se contente pas de peu, ne sera jamais content de rien " Épicure.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Jeudi 17 Nov 2011 19h21 Répondre en citant

NOVEMBRE 2011



du 14 novembre au 4 decembre


LE NOMARQUE EN SERVICE





LA CRUE






La semaine du 07 au 14 novembre : 84%

La semaine du 15 au 21 novembre : 86%

La semaine du 22 au 27 novembre : 38%

La semaine du 28 novembre au 04 décembre : 66%



LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 261
Le nombre de soldats : 92

Le nombre de parcelles occupées : 979
le nombre de parcelles libres : cultivables : 553
constructible : 642

Parcelles utilisées : Terrain nu : 228
Élevage 100
Atelier 536
Culture 115
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

NOS HABITANTS




NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS





NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Notre tavernière serait heureuse de vous accueillir à la taverne du pêcheur, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

LOTUS66


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 197523 Debens dans le coffre fort du bureau


" L'homme qui ne se contente pas de peu, ne sera jamais content de rien " Épicure.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Fév 2009
Messages: 16777203
Localisation: Ici et là, mais toujours prés de ma Lolotte

Nôme: Memphis
Message Lundi 26 Déc 2011 16h36 Répondre en citant

DÉCEMBRE 2011



du 05 décembre au 25 décembre


LE NOMARQUE EN SERVICE





LA CRUE






La semaine du 05 au 11 décembre : 75%

La semaine du 12 au 18 décembre : 58%

La semaine du 19 au 25 décembre : 89%

La semaine du 26 décembre au 01 janvier : 78%



LES INFORMATIONS SUR NOTRE CITÉ


Le nombre d'habitants : 2561
Le nombre de soldats : 90

Le nombre de parcelles occupées : 971
le nombre de parcelles libres : cultivables : 561
constructible : 642

Parcelles utilisées : Terrain nu : 241
Élevage 102
Atelier 534
Culture 94
N'oubliez pas de recenser vos ateliers sur le forum, afin de pouvoir être contacter aussi bien pour des commandes, que par de nouveaux joueurs en quête d'un apprentissage.
Voici le lien : Les ateliers de Memphis

NOS HABITANTS




NOS ANNIVERSAIRES



NOS NOUVEAUX HABITANTS





NOS CHERS DISPARUS





NOTRE TAVERNE


Notre tavernière serait heureuse de vous accueillir à la taverne du pêcheur, alors venez nombreux vous divertir au côté de :

LOTUS66


LE BILAN FINANCIER DE NOTRE BELLE CITÉ


Notre belle MEMPHIS a actuellement 201125 Debens dans le coffre fort du bureau


" L'homme qui ne se contente pas de peu, ne sera jamais content de rien " Épicure.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 473
Localisation: Memphis

Nôme: Memphis
Message Jeudi 5 Juil 2012 9h43 Répondre en citant

Attaque des nubiens sur Egyptis

De mémoire de memphite nous n’avions jamais vu ça le 24 juin 2012 la totalité des stocks de la ville et son trésor ont été pillé par des nubiens. Et ce malgré une défense acharnée de nos troupes aidé pour l’occasion de notre mascotte Crocdur qui au péril de sa vie a pu sauver une précieuse cassette contenant 12.000 dbs.

Les memphites dans un élan de générosité et de solidarité ont tous du plus modeste au plus nanti proposés leur aide afin de restaurer la splendeur de leur ville.

Mais qui sont-ils ces nubiens ?

Longtemps, la civilisation nubienne fut assimilée à celle de l'Égypte. Les fouilles archéologiques ont toutefois fait ressortir les caractères spécifiques de ces cultures aussi anciennes que celle de la Vallée égyptienne du Nil, la Nubie possédant une personnalité géographique, historique et ethnique propre.

Vers le milieu du IVe millénaire, en Basse Nubie, s'organise en chefferies et inaugure l'âge du cuivre. Ces populations vivaient dans des huttes rondes, habitations légères, et ensevelissaient leurs morts dans des tombes circulaires surmontées d'un tumulus de terre. Très tôt, elles furent soumises à l'influence de l'Égypte prédynastique avec laquelle elles entretenaient des relations commerciales, acheminant depuis l'Afrique centrale ou la Mer Rouge, en échange de vases et d'armes, les divers produits exotiques très prisés des Égyptiens : pierres semi-précieuses, ivoire, ébène, encens, peaux d'animaux... Les premières livraisons d'or nubien doivent dater de cette époque. La représentation fréquente du bétail, bovin et ovin, sur la céramique atteste de l'importance de l'élevage nubien, composante importante des échanges commerciaux.

Vers ~2800, ce foyer culturel disparut de la région pour des raisons toujours ignorées. Peut-être ce dépeuplement progressif est-il dû à de mauvaises conditions climatiques ou à la politique agressive de l'Égypte dans la région.

En effet, la naissance d'un État unifié va permettre à l'Égypte d'assurer sa suprématie sur les populations moins stables. La première indication d'opération militaire date du roi Aha (Ire dynastie); une troupe égyptienne atteint la Deuxième Cataracte sous Djer et des traces d'entreprises guerrières ont été relevées sous la IIe dynastie.

Les rapports de l'Égypte avec la Nubie étaient principalement d'ordre économique, la région étant surtout convoitée pour son or. Le nom même de la Nubie provient d'ailleurs de l'égyptien noub, qui signifie "or".
Mais l'intérêt du Double Pays pour la Nubie était également de nature stratégique, le pays devant, pour des raisons de sécurité, se garantir des incursions possibles des différentes peuplades nubiennes.

Sous l'Ancien Empire égyptien commencent les grandes expéditions en Nubie : des campagnes militaires sont organisées, des colons égyptiens s'installent près des centres miniers ou des voies commerciales. Bouhen, au nord de la Deuxième Cataracte, devient, sous Chéphren, un comptoir égyptien. Au-delà de Bouhen, les Égyptiens se limitent à des expéditions commerciales et des voyages d'exploration.

Durant la Ve dynastie, la démographie de la Basse Nubie retrouve une courbe ascendante. La population moins docile, s'installe entre la Première et la Deuxième Cataracte.Profitant de l'affaiblissement de l'Égypte à la fin de l'Ancien Empire, ces populations vont remettre en cause l'hégémonie du Double Pays sur la région, menaçant la sécurité des caravanes et des communautés installées au sud du pays. Ainsi, les colons de Bouhen doivent être évacués.

En réaction, l'Égypte va tenter d'imposer son autorité à la fois par la diplomatie et par la force des armes. Nous devons les informations les plus significatives pour la fin de l'Ancien Empire aux inscriptions laissées par les gouverneurs d'Éléphantine : Herkhouf relate ses trois expéditions commerciales en Basse Nubie. Les troubles de la Première Période Intermédiaire détournent les Égyptiens de la Nubie. Par contre, de nombreux Nubiens affluèrent en Égypte pour s'enrôler comme mercenaires au service des forces qui se disputaient le pouvoir. La Nubie connut une période d'indépendance jusqu'à ce qu'elle retombe, au début du Moyen Empire, sous le contrôle de l'administration égyptienne.

La culture des nubiens produisit une céramique de très haute qualité, ornée de motifs géométriques (zigzags, losanges), de motifs de vannerie tressés ou de quelques représentations figurées. Les maisons étaient bâties suivant un plan arrondi et comportaient des fondations de dalles. On a également retrouvé trace de tentes ou de huttes à pilier central. Avec le temps, la structure de l'habitat se complexifie. Certains villages, comme celui situé sur le site de Ouadi es-Seboua, prennent de l'expansion. Peut-être sous l'influence égyptienne, une chapelle funéraire s'adjoint aux tombes à tumulus, d'abord rondes puis rectangulaires. Près du corps sont déposés bijoux, armes et figurines de terre cuite à représentation humaine ou animale.

Le Royaume de Kerma

Kerma était la capitale d'un royaume nubien portant le même nom, qui régna sur tout le cours moyen du Nil soudanais de l'Ancien Empire égyptien à la deuxième période intermédiaire égyptienne, soit entre les années -2450 et -1480, sur 1 000 km. Cette cité identifiée à proximité du site de Doukki Gel était le centre de ce puissant royaume rival de l'Égypte dont les textes des anciens égyptiens révèlent qu'il verrouillait l'accès aux routes commerciales permettant d'acheminer vers le royaume pharaonique les richesses de l'Afrique.

Dès le début du Moyen Empire égyptien, les pharaons de la XIIe dynastie vont mener une véritable politique planifiée de colonisation de la Nubie.

Les armées de Sésostris Ier mettent définitivement l’Ouaouat sous contrôle égyptien. Un réseau de forteresses surveille les pistes des carrières et des mines d'or, principalement celle du Ouadi Allaqi, ainsi que les mouvements des caravanes et des nomades potentiellement hostiles.

Sous Sésostris III, le contrôle égyptien s'intensifie, l'armée pénètre à trois reprises en territoire koushite, la frontière est reportée au sud de la Troisième Cataracte, renforcée par les forteresses de Semna et de Koumma.

Le rôle premier de ce système défensif est d'enrayer toute tentative d'invasion du premier véritable royaume nubien, celui de la culture de Kerma, appelé Iam en ancien égyptien.

Située dans la riche plaine du Dongola, en amont de la Troisième Cataracte, Kerma donna son nom à un royaume et à une culture dont l'influence perdura pendant plus d'un millénaire.

Les archéologues distinguent actuellement trois grandes périodes :
• Le Kerma Ancien (vers 2.400-2.050 avant J.C.)
• Le Kerma Moyen (2.050-1.750 avant J.C)
• Le Kerma Classique (1.750-1.500 avant J.C)

Ces trois phases sont caractérisées par une production de céramique spécifique pour chacune d'entre elles, dont l'étude permet d'établir une chronologie précise des différents sites qu'elles recouvrent, ainsi que l'étendue de l'influence du royaume sur la région et au-delà, pendant toute cette période de la haute Antiquité.

Le Kerma Ancien

Cette phase de la civilisation nubienne correspond à l'Ancien Empire et à la Première Période Intermédiaire égyptiens.

Il est probable que dans un premier temps, avant de s'organiser sous l'autorité des princes de Kerma, ce royaume fut constitué de petits gouvernements de même culture, en grande partie nomades, qui s'échelonnaient tout au long de la vallée entre la Deuxième et la Quatrième Cataracte.
On trouve déjà trace, à cette époque, de relations commerciales avec l'Égypte.

Les principaux indices de cette civilisation proviennent des nécropoles. Les tombes sont de petites fosses surmontées d'un tumulus, de dalles de pierres noires et de galets blancs ou d'une stèle. Le défunt, recouvert d'une peau de bovidé, est enseveli avec son mobilier personnel, ses armes, ses parures et bijoux. Les sacrifices d'animaux sont fréquents : chèvres et moutons sont parfois placés auprès du défunt alors que des bucranes sont déposés en bordure de la fosse.

Le Kerma Moyen

Il semble que c'est à cette période que les diverses chefferies locales commencent à se fédérer sous l'autorité du prince de Kerma.

La capitale se développe et contrôle les routes commerciales vers l'Afrique orientale et centrale.
Certaines tombes s'agrandissent afin de recevoir un matériel funéraire plus imposant et plus riche, ce qui laisse deviner une hiérarchisation de la société. Des chapelles sont construites à proximité des sépultures des personnages les plus importants de la communauté.

Le Kerma Classique

culture de Kerma atteint son apogée entre 1750 et 1500 à un moment où l'Égypte, divisée et envahie par une population étrangère, connaît l'une des périodes les plus sombres de son histoire.
Profitant du retrait égyptien en Basse Nubie, les princes de Kerma vont étendre leur territoire sur près de 1000 kilomètres entre la Première et la Quatrième Cataractes. Ils occupent les anciennes forteresses égyptiennes et passent alliance avec les Hyksôs du Delta du Nil contre les dynastes thébains.

Kerma va connaître une grande prospérité jusqu'à la réunification de l'Égypte par Khamose, les premiers souverains de la XVIIIe dynastie se tournant alors à nouveau vers la Nubie. Durant cette reconquête, la population nubienne est égyptianisée ou refoulée plus au sud. Sa culture propre semble effacée jusqu'à l'apparition, plusieurs siècles plus tard, d'un nouveau royaume, celui de Napata.

Durant sa période classique, la ville de Kerma témoigne d'une urbanisation élaborée. Entourée de fortifications, elle comprend des ateliers, des fermes, des constructions rectangulaires en briques, des palais ainsi qu'un vaste quartier religieux dominé par la deffufa (terme nubien désignant un ouvrage fortifié en briques crues) et une hutte de grande taille, probablement une salle d'audience royale. La nécropole est impressionnante. Les tombes princières sont recouvertes d'immenses tumuli pouvant atteindre une centaine de mètres de diamètre. La richesse du mobilier funéraire (vaisselle précieuse, bijoux en or...) témoigne de l'importance du défunt, enseveli selon la tradition nubienne sur un lit funéraire, l'angareb. Alors que les sacrifices d'animaux se raréfient, on a retrouvé dans ces tombes des centaines de sacrifiés humains dont le nombre est un indicateur de la position sociale du mort. Les sépultures des personnes plus modestes sont situées à la périphérie des tombes royales.

Lorsque l'archéologue George Reisner fouilla, entre 1913 et 1916, le site de Kerma, il émit l'hypothèse que la ville était une sorte d'avant-poste de Double Pays, tant le nombre d'objets égyptiens exhumés de la nécropole était important. En fait, sa situation stratégique, au carrefour de l'Afrique profonde, de la Mer Rouge et de l'Égypte, permit à la ville de servir de poste de transit aux marchandises provenant du Sud et de l'Est.

Les contacts commerciaux et militaires marquèrent de leur influence la civilisation de Haute Nubie, notamment au niveau de la religion et de l'organisation politique, et donnèrent à ses princes un goût prononcé pour les produits de la Terre des pharaons.Il n'en reste pas moins que la céramique locale avec ses vases aux formes élégantes, aux décors en reliefs et aux parois très fines, atteignit à cette époque un très haut degré de perfection.

La domination égyptienne

Dès le début du Nouvel Empire égyptien les pharaons vont s'employer à établir définitivement leur suprématie sur le Ouaouat et le Koush. Ils n'ont pas oublié l'alliance koushite avec les Hyksôs et savent que la région représente une menace politique et économique qui pourrait constituer un obstacle à l'hégémonie égyptienne.

Les campagnes d'Amosis, qui fait de Saï un centre important, et celles d'Amenhotep Ier repoussent la frontière plus loin que ne l'avaient fait les rois du Moyen Empire. Thoutmosis Ier contrôle la région jusqu'à la Troisième Cataracte et établit une forteresse à Tombos, à moins de trente kilomètres de Kerma où il fait placer une stèle. Ces expéditions portent un coup très dur au royaume de Kerma qui s'éteint progressivement.

Thoutmosis II écrase la rébellion d'un chef de la région nord de Koush. Sous la corégence d'Hatchepsout et de Thoutmosis III, les tentatives de résistance koushites semblent définitivement écrasées. Lors d'une campagne de Thoutmosis III au coeur de Koush, bien au-delà de Kerma, en l'an 47, le roi fait élever une stèle de granit dans le Djebel Barkal près de la Quatrième Cataracte. Amenhotep II fonde non loin une ville, à Napata. Ce lieu représente sans doute la limite la plus méridionale du contrôle égyptien sur la vallée du Nil.

Les constructions pharaoniques

Amenhotep III construit beaucoup en Nubie. L'ensemble le plus impressionnant est le temple de Soleb, en aval de la Troisième Cataracte, érigé à l'occasion de la célébration de la première fête-sed en l'an 30. C'est de ce sanctuaire que proviennent les sculptures monumentales de béliers et de la divinité serpent de Napata, transportées ultérieurement par un roi koushite.

À une quinzaine de kilomètres au Nord, a été construit un temple à chapiteaux hathoriques en l'honneur de la Grande Épouse Royale Tiyi. La disposition de ces deux sanctuaires préfigure l'ensemble grandiose creusé par Ramsès II plus de cent ans plus tard à Abou Simbel. Tous les pharaons de la XVIIIe dynastie ont déployé une intense activité de bâtisseurs : les anciennes forteresses sont restaurées, de nouvelles sont construites, des comptoirs commerciaux et des cités-sanctuaires attestent de la suprématie de l'Égypte sur la région.

Sous la XIXe dynastie apparaissent les temples rupestres de Ramsès II dont les plus célèbres sont les deux spéos d'Abou Simbel. Tous ces temples obéissent aux règles traditionnelles de l'architecture égyptienne. Toutefois, l'influence nubienne transparaît : les statues colossales de Ramsès II dans les temples de Gerf Hussein ou en façade d'Abou Simbel ont des proportions plus ramassées que celles des temples égyptiens.

l'Empire de Napata

Durant la période troublée qui suivit la fin du Nouvel Empire, l'Égypte, en proie aux luttes intestines, ne put maintenir sa domination sur la Nubie.
À Napata, ville située au pied du Djebel Barkal où, sous la XVIIIe dynastie, Thoutmosis III installa un avant-poste militaire, une dynastie indigène mais fortement égyptianisée se développe à partir de 800 a.n.è.

Le roi Piankhy (Piyé) entreprend la conquête de la Nubie, puis de l'Égypte et établit une nouvelle dynastie, la XXVe dite "koushite" ou "éthiopienne", les auteurs de l'Antiquité appelant la Nubie "Ethiopie".
Avant de se replier à Napata, expulsés par les assauts de l'Empire assyrien, les rois koushites vont dominer l'Égypte durant environ un siècle. Ils donnent au pays un nouvel essor, relançant l'activité de construction dans presque tous les grands centres religieux et marquent de leur influence l'art égyptien.

Napata devient une grande capitale au même titre que Thèbes ou Memphis et restera un centre religieux majeur de l'Empire méroïtique : la croyance voulait que le Djebel Barkal, "la montagne sacrée", abrite symboliquement le dieu Amon de Napata.

Les Koushites empruntent à l'Égypte ses rituels funéraires et la forme de la pyramide pour leurs tombeaux, comme en témoignent le cimetière de Kourrou et celui de Nouri. Ces pyramides s'apparentent davantage à celles des tombes privées de Thèbes qu'aux pyramides de la nécropole memphite.

Saccagée par les armées romaines puis restaurée, Napata est aujourd'hui recouverte en grande partie par la ville moderne de Karima.



(Sources bubastis.be)


Qurfa historienne de Memphis
Dinogirl aléatoirement Nomarque et Vice Nomarque de Memphis.
« Ne dissocie pas ton coeur de ta langue et toutes tes entreprises réussiront... » (Aménémopé)


Dernière édition par Qurfa le Jeudi 9 Aoû 2012 13h54; édité 8 fois
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Index du forum » Histoire Aller à la page 1, 2  Suivante



Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum





© Egyptis.com - Contact - Règlement du forum - Powered by phpBB © phpBB Group